Gestion politique de la précarisation des enfants : le cas du Sénégal

Gestion politique de la précarisation des enfants : le cas du Sénégal

Gestion politique de la précarisation des enfants : le cas du Sénégal

Gestion politique de la précarisation des enfants : le cas du Sénégals

| Ajouter

Référence bibliographique [9965]

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
«Nous allons démontrer que les stratégies nationales et internationales d’aide aux enfants sont fondées sur une conception occidentalisée de l’enfance que l’on tente d’imposer comme étant universelle et qui marginalise ainsi les spécificités culturelles, socioéconomiques et historiquement situées d’un pays comme le Sénégal.» (p. vii)

Questions/Hypothèses :
«[C]omment la précarisation des enfants prend-elle forme au Sénégal et les spécificités de ce pays sont-elles prises en compte dans les stratégies internationales d’aide à l’enfance? Puisque les organisations internationales semblent reposer leurs analyses sur des conceptions occidentalisées de l’enfance, de l’éducation et du travail ainsi que sur une universalisation des besoins et des droits des enfants, leurs stratégies sont-elles adaptées au Sénégal?» (p. 1-2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteure utilise des données documentaires diverses.

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


Selon l’auteure, «[l]a thèse centrale défendue est que la précarisation des enfants au Sénégal emprunte des formes spécifiques déterminées par les conditions économiques, les pratiques socioculturelles et les dynamiques de genre. Toutefois, les stratégies internationales d’aide à l’enfance et de lutte à la pauvreté infantile, de même que les programmes nationaux qui en découlent, semblent s’inscrire dans une notion universalisée de l’enfance alors que cette conception ne tient pas suffisamment compte des particularités de la précarisation des enfants au Sénégal. Afin de démontrer les conséquences de l’inadéquation culturelle des stratégies internationales et des politiques nationales, nous analyserons les principaux secteurs d’activités qui concernent les enfants au Sénégal, soit le travail et les pratiques éducatives, afin de vérifier si les particularités liées à ces activités sont suffisamment prises en compte. L’objectif de ce travail est d’identifier les diverses formes de précarisation des enfants au Sénégal dans le but d’invalider les prétentions internationales d’homogénéisation des besoins des enfants et d’universalisation de la conception de l’enfance. Nous allons démontrer que les facteurs déterminant la précarisation des enfants au Sénégal ne sont pas suffisamment pris en compte dans les stratégies politiques nationales et internationales d’aide à l’enfance et de lutte à la pauvreté, diminuant ainsi leur efficacité.» (p. vii) À noter que ce mémoire aborde aussi les différences entre les structures et les relations familiales occidentales et celles du Sénégal. De plus, l’auteure traite des différences de perception des parents sénégalais par rapport au travail de leurs enfants.