L’identification chez les enfants de parents divorcés

L’identification chez les enfants de parents divorcés

L’identification chez les enfants de parents divorcés

L’identification chez les enfants de parents divorcéss

| Ajouter

Référence bibliographique [9916]

Poupart, Michèle. 1980. «L’identification chez les enfants de parents divorcés». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] le but de cette étude est de préciser l’impact du divorce sur le processus d’identification des enfants, tant garçons que filles, ayant vécu cette expérience dans la petite enfance. » (p. 5)

Questions/Hypothèses :
« [...] quel(s) préjudice(s) peut subir l’enfant, par rapport au processus d’identification par lequel il doit passer, lorsque les parents ne vivent plus ensemble? » (pp. 3-4)

2. Méthode


Instruments :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’intérêt de cette recherche réside, d’une part, dans l’actualité de la problématique: nombre d’adultes considèrent que la mentalité de vie a changé et qu’ils ne peuvent plus se conformer aux mêmes normes que la génération qui les a précédés; mais lorsqu’ils se retrouvent aux prises avec l’éducation de leur(s) enfant(s), ils se demandent comment, dans les conditions présentes, ils peuvent assurer à eux seuls un rôle qui jusqu’à maintenant était dévolu à deux adultes de sexe opposé. » (p. 4) « Après avoir repris le processus normal et idéal, [...], par lequel l’enfant doit passer pour édifier les structures de base de l’adulte qu’il deviendra, nous considérerons les changements intervenus au cours des dernières décennies dans la structure familiale afin de mieux en comprendre l’évolution ainsi que le climat social et les remises en question desquelles ont pu surgir cette nouvelle réalité sociale qu’est le divorce. Cette situation de crise entraîne nécessairement certains effets immédiats [...] » (pp. 6-7) « [...] nous élaborerons sur la façon différentielle dont est hypothéquée l’identification du garçon et de la fille de famille monoparentale. Il va sans dire que dans une recherche plus exhaustive, nous devrions tenir compte aussi de la possibilité de substituts, de la présence d’une fratrie, du milieu socio-économique, etc. car ces aspects influenceront de façon favorable ou non le développement de l’enfant. » (p. 7)