Famille, monoparentalité et responsabilité maternelle. Contribution à l’étude des rapports sociaux de sexes

Famille, monoparentalité et responsabilité maternelle. Contribution à l’étude des rapports sociaux de sexes

Famille, monoparentalité et responsabilité maternelle. Contribution à l’étude des rapports sociaux de sexes

Famille, monoparentalité et responsabilité maternelle. Contribution à l’étude des rapports sociaux de sexess

| Ajouter

Référence bibliographique [9831]

B.-Dandurand, Renée. 1982. «Famille, monoparentalité et responsabilité maternelle. Contribution à l’étude des rapports sociaux de sexes». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département d’anthropologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette thèse a pour but d’analyser les conditions d’existence des mères parents uniques du capitalisme avancé par le biais d’une enquête auprès de mères monoparentales de la région montréalaise.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
12 femmes chefs de familles monoparentales, canadiennes et francophones, âgées de 25 à 44 ans et résidants dans le quartier Centre-sud, Rosemont ou Outremont

Instruments :
Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Cette thèse se divise en deux parties: une première section, théorique et historique, aborde la famille du capitalisme avancé et surtout cette forme familiale particulière de la famille monoparentale, dont la très grande majorité des responsables sont des mères; une deuxième section, qualifiée de monographique, fait la présentation et l’analyse de témoignages de femmes responsables de familles monoparentales de la région montréalaise. La section théorique et historique s’ouvre sur la discussion du concept de ’production des êtres humains’ afin d’éclairer le rôle social de la famille et des femmes. Des approches de la famille, élaborées au cours de la dernière décennie, sont intégrées dans une présentation de la famille du capitalisme avancée. Des données tirées de la réalité canadienne et québécoise illustrent cette présentation. En vue de cerner le concept de monoparentalité, une approche historique et statistique est adoptée pour les trois chapitre suivants. [...] La section monographiques vient ensuite. Elle consiste en une présentation et analyse d’entrevues en profondeur menées auprès de femmes responsables de familles monoparentales dans trois quartiers de Montréal. [...] Les données révèlent des clivages de sexes et de classes qui caractérisent la monoparentalité féminine, principalement en ce qui a trait aux conditions de vie et de rupture des couples, au partage des responsabilités parentales, aux conditions de leur vie actuelle ainsi qu’à l’orientation idéologique de ces répondantes aux rapports de sexes (conscience de l’inégalité, aspirations à ’l’égalité’ ou à la ’différence’ des sexes, etc.). En conclusion, il est suggéré que la monoparentalité accentuera la marginalité des femmes, si celles-ci la vivent comme un phénomène ’privé’. Par contre, la solidarité des mères responsables de familles avec le Mouvement des femmes et partant, une définition plus ’politique’ de la monoparentalité pourrait contribuer à améliorer leur sort et corriger ainsi une manifestation flagrante de l’inégalité des rapports de sexes dans les sociétés du capitalisme avancé. » (pp. XVI-XVII)