Risques ergonomiques pour la travailleuse enceinte : revue de l’état actuel des connaissances en vue de l’élaboration des critères ergonomiques pour son retrait préventif

Risques ergonomiques pour la travailleuse enceinte : revue de l’état actuel des connaissances en vue de l’élaboration des critères ergonomiques pour son retrait préventif

Risques ergonomiques pour la travailleuse enceinte : revue de l’état actuel des connaissances en vue de l’élaboration des critères ergonomiques pour son retrait préventif

Risques ergonomiques pour la travailleuse enceinte : revue de l’état actuel des connaissances en vue de l’élaboration des critères ergonomiques pour son retrait préventifs

| Ajouter

Référence bibliographique [9784]

Lortie, Monique et Demers, Huguette. 1982. Risques ergonomiques pour la travailleuse enceinte : revue de l’état actuel des connaissances en vue de l’élaboration des critères ergonomiques pour son retrait préventif. Montréal: Centre de développement technologique de l’école polytechnique de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Fournir un bilan des connaissances actuelles sur les risques ergonomiques chez la travailleuse enceinte.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


La physiologie de la femme enceinte au repos est assez bien connue. Les conclusions quant à la capacité de travail de la femme enceinte sont contradictoires. En comparaison avec la femme qui n’est pas enceinte, il semble que dans le cas d’une charge légère ou moyenne, son rendement soit inférieur à ce qu’il est dans le cas d’une charge de travail lourde, encore que dans ce dernier cas, l’évaluation reste sujette à caution du fait qu’elle est généralement effectuée à partir d’un échantillon tronqué. Le foetus réagit aux exercices auxquels la mère est soumise. Il réagit également aux bruits ambiants égaux ou supérieurs à 90 décibels. Il réagit de plus aux vibrations. Les études sur l’hyperthermie présentent de nombreuses faiblesses méthodologiques. On observe cependant chez certaines d’entre elles une faible incidence d’anencéphalie et de malformation du tube neural. Malgré toutes les réserves relatives à l’imprécision méthodologique des recherches ergonomiques, il apparaît que de mauvaises conditions de travail ont des conséquences négatives sur l’issue de la grossesse.