Mariages et mises en ménage au cours de la vieillesse

Mariages et mises en ménage au cours de la vieillesse

Mariages et mises en ménage au cours de la vieillesse

Mariages et mises en ménage au cours de la vieillesses

| Ajouter

Référence bibliographique [9766]

Stryckman, Judith. 1982. Mariages et mises en ménage au cours de la vieillesse. Québec: Université Laval, Laboratoire de gérontologie sociale.

Fiche synthèse

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
574 personnes âgées de 55 ans et plus ayant vécu l’expérience d’un ou de plusieurs veuvages et provenant de la ville de Québec et de ses environs.

Instruments :
Entrevue, enquête

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Dans ce rapport, on présente les résultats d’une recherche sur la situation de vie des personnes âgées, en tant qu’élément d’équilibre émotif facilitant l’adaptation au vieillissement et, plus particulièrement, à l’expérience du veuvage. L’enquête a été centrée sur les préférences d’un certain nombre de veufs et veuves de la région de Québec en matière de remariage, de cohabitation et de vie seule. À l’aide d’analyses univariées et multivariées, quelques conclusions ont été tirées: tout d’abord, un haut niveau de satisfaction de vivre, un niveau d’intérêt pour la vie sexuelle relativement élevé, de même qu’un bas niveau de familisme sont les variables qui différencient le plus les individus qui se remarient de ceux qui ne se remarient pas, indépendamment de leur âge ou de leur état de santé. On remarque également que, chez les femmes, les différences de niveau dans la satisfaction de vivre sont reliées à l’état de remariées plutôt qu’à celui de veuves. L’auteure constate que l’évaluation du mariage antérieur et la réaction au veuvage sont deux autres facteurs qui différencient les remariés des non-remariés. De plus, quant aux raisons pour lesquelles certaines personnes âgées choisissent de se remarier, elles évoquent l’amour et le désir de refaire une vie de couple. Pour terminer, on dit que le choix de se remarier ou de cohabiter semble être une solution très valable pour ceux qui l’ont choisie.