L’économie familiale et le travail dans une ville en voie d’industrialisation : Montréal dans les années 1870

L’économie familiale et le travail dans une ville en voie d’industrialisation : Montréal dans les années 1870

L’économie familiale et le travail dans une ville en voie d’industrialisation : Montréal dans les années 1870

L’économie familiale et le travail dans une ville en voie d’industrialisation : Montréal dans les années 1870s

| Ajouter

Référence bibliographique [9749]

Bradbury, Bettina. 1983. «L’économie familiale et le travail dans une ville en voie d’industrialisation : Montréal dans les années 1870». Dans Maîtresses de maison, maîtresses d’école. Femmes, famille et éducation dans l’histoire du Québec , sous la dir. de Nadia Fahmy-Eid et Dumont, Micheline, p. 287-318. Montréal: Les Éditions du Boréal Express.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif est de discerner ce que révèlent les données du recensement manuscrit au sujet de l’économie familiale dans une période de transition et d’analyser, au-delà des chiffres du recensement, les rapports entre la famille en tant qu’institution et l’économie. » (pp. 287-288)

Questions/Hypothèses :
« Est-ce l’industrialisation qui, séparant le lieu de résidence du lieu de travail, a engendré un nouvel espace propre à la vie domestique? La famille s’est-elle contentée d’adapter passivement sa taille et sa structure aux changements économiques? Est-ce l’avènement du capitalisme ou l’industrialisation qui a constitué le facteur décisif? » (p. 287)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- Familles habitant 2 quartiers montréalais (Saint-Anne et Saint-Jacques) en 1871.
- Inventaire exhaustif de toutes les femmes mariées qui travaillent dans ces 2 quartiers.
- Relevés manuscrits du recensement industriel.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, analyse descriptive

3. Résumé


« Il examine comment la situation de classe, les valeurs culturelles et les changements dans les modes de production ont influencé l’économie familiale au début du capitalisme industriel. » (p. 287) L’auteure aborde l’industrialisation (pp. 288-292), l’économie familiale et le nombre moyen de travailleurs par famille (pp. 292-294), l’économie familiale et le travail des enfants (pp. 294-305), l’économie familiale et le travail des femmes mariées (pp. 305-311) et enfin, le cycle de la vie familiale et la structure du ménage (pp. 312-317). « La situation de classe, le stade du cycle de la vie familiale et les valeurs culturelles s’agençaient donc pour influencer non seulement le nombre de travailleurs dans chaque famille et l’âge auquel les enfants seraient mis au travail, mais aussi la composition même des ménages dans lesquels ils grandissaient. [...] La demande des capitalistes pour une main-d’oeuvre à bon marché, constituée de femmes et d’enfants, correspondait au besoin des familles ayant des enfants assez âgés pour être mis au travail. » (p. 318)