Le fonctionnement des systèmes de support naturel des personnes âgées. Volume I

Le fonctionnement des systèmes de support naturel des personnes âgées. Volume I

Le fonctionnement des systèmes de support naturel des personnes âgées. Volume I

Le fonctionnement des systèmes de support naturel des personnes âgées. Volume Is

| Ajouter

Référence bibliographique [9742]

Corin, Ellen E., Sherif, Teresa et Bergeron, Luc. 1983. Le fonctionnement des systèmes de support naturel des personnes âgées. Volume I. Québec: Université Laval, Laboratoire de gérontologie sociale.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Recueillir de l’information sur les dynamismes personnels et sociaux liés au vieillissement dans la société québécoise et en tirer les implications au niveau d’un renouvellement des interventions.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
239 personnes âgées provenant de trois milieux différents (rural, Centre-ville, St-Paul). 27% des sujets étaient âgés de 65-69 ans; 22% étaient âgés de 70-74 ans; 31% étaient âgés de 75-79 ans et 20% étaient âgés de 80 ans et plus. 52% étaient des femmes et 48% étaient des hommes. 20% étaient célibataires; 25% étaient mariés et 55 % étaient veufs.

Instruments :
Questionnaire-maison (guide d’entrevue et grille de notation des données)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les objectifs de ce rapport de recherche sont de recueillir de l’information sur les dynamismes personnels et sociaux liés au vieillissement dans la société québécoise et en tirer les implications au niveau d’un renouvellement des interventions. Un questionnaire a été administré à des personnes âgées de différents milieux. Une série d’analyses corrélationnelles a été effectuée, visant à faire ressortir la multidimensionnalité des phénomènes étudiés et leur dynamique. Les données recueillies ont permis, entre autres, de préciser le rapport au milieu proche. Il semble que c’est en milieu rural que ce rapport est apparu le plus riche : la majorité des relations sociales y sont localisées et denses. Dans le centre-ville, la perception du voisinage y est nettement plus négative, surtout pour les hommes. À St-Paul, les personnes déclarent une perception positive du voisinage, mais les contacts avec les voisins demeurent plus limités. Il apparaît nécessaire de tenir compte de ces formes de base de socialité dans les différents milieux lorsqu’on veut mobiliser les relations sociales dans une intervention. Plusieurs données ont permis de saisir le contexte dans lequel s’inscrivent les différentes stratégies dominantes. Le type de stratégie privilégié par une personne ne dépend pas uniquement de variables conjoncturelles. Voir les fiches des volumes II et III.