La démographie des centenaires québécois : validation des âges au décès, mesure de la mortalité et composante familiale de la longévité

La démographie des centenaires québécois : validation des âges au décès, mesure de la mortalité et composante familiale de la longévité

La démographie des centenaires québécois : validation des âges au décès, mesure de la mortalité et composante familiale de la longévité

La démographie des centenaires québécois : validation des âges au décès, mesure de la mortalité et composante familiale de la longévités

| Ajouter

Référence bibliographique [973]

Beaudry-Godin, Mélissa. 2010. «La démographie des centenaires québécois : validation des âges au décès, mesure de la mortalité et composante familiale de la longévité». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dans le cadre de cette thèse, nous analysons la situation démographique des centenaires québécois depuis le début du 20e siècle à partir de données agrégées (données de recensement, statistiques de l’état civil, estimations de population). Dans un deuxième temps, nous évaluons la qualité des données québécoises aux grands âges à partir d’une liste nominative des décès de centenaires des générations 1870-1894. Nous nous intéressons entre autres aux trajectoires de mortalité au-delà de cent ans. Finalement, nous analysons la survie des frères, sœurs et parents d’un échantillon de semi-supercentenaires (105 ans et plus) nés entre 1890 et 1900 afin de se prononcer sur la composante familiale de la longévité. » (p. i)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’auteure a utilisé diverses données provenant de Statistique Canada, de l’Institut de la statistique du Québec, de la Base de données sur la longévité canadienne, de la Société de Généalogie du Québec et des registres paroissiaux.

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Cette thèse se compose de trois articles. Dans le cadre du premier, nous traitons de l’évolution du nombre de centenaires au Québec depuis les années 1920. Sur la base d’indicateurs démographiques tels le ratio de centenaires, les probabilités de survie et l’âge maximal moyen au décès, nous mettons en lumière les progrès remarquables qui ont été réalisés en matière de survie aux grands âges. […] Le deuxième article traite de la validation des âges au décès des centenaires des générations 1870-1894 d’origine canadienne-française et de confession catholique nés et décédés au Québec. Au terme de ce processus de validation, nous pouvons affirmer que les données québécoises aux grands âges sont d’excellente qualité. […] Finalement, dans le cadre du troisième article, nous nous intéressons à la composante familiale de la longévité. Nous comparons la survie des frères, sœurs et parents des semi-supercentenaires décédés entre 1995 et 2004 à celle de leurs cohortes de naissance respectives. Les différences de survie entre les frères, sœurs et parents des semi-supercentenaires sous observation et leur génération ‘contrôle’ s’avèrent statistiquement significatives à un seuil de 0,01%. De plus, les frères, sœurs, pères et mères des semi-supercentenaires ont entre 1,7 (sœurs) et 3 fois (mères) plus de chance d’atteindre 90 ans que les membres de leur cohorte de naissance correspondante. Ainsi, au terme de ces analyses, il ne fait nul doute que la longévité se concentre au sein de certaines familles. » (p. i-ii)