La socialisation des filles dans la famille

La socialisation des filles dans la famille

La socialisation des filles dans la famille

La socialisation des filles dans la familles

| Ajouter

Référence bibliographique [9715]

Lemieux, Denise. 1983. «La socialisation des filles dans la famille». Dans Maîtresses de maison, maîtresses d’école. Femmes, famille et éducation dans l’histoire du Québec , sous la dir. de Nadia Fahmy-Eid et Laurin-Frenette, Nicole, p. 237-260. Montréal: Les Éditions Boréal Express.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de cet article est d’esquisser brièvement un modèle permettant d’envisager certaines implications de ces changements du point de vue des filles et de rassembler un certain nombre de données surtout autobiographiques et littéraires qui permettent d’explorer ce thème, en s’attardant principalement au XIXe siècle et au début du XXe. » (p. 238)

Questions/Hypothèses :
« C’est davantage au sein du cadre familial et de rôles féminins traditionnels, que certains changements techniques et la différenciation en classes sociales commencent à altérer, que nous allons examiner la socialisation des filles. » (p. 243)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’auteure discute de la socialisation des filles dans la famille en s’attardant principalement au XIXe siècle et au début du XXe. Elle présente d’abord quelques éléments de comparaison et propose ensuite certaines dimensions de la problématique : les aspects de l’enfance dans l’histoire du Québec; la naissance des filles; les vêtements; les apprentissages des fillettes dans le sillage des activités des femmes; la socialisation des filles; le maternage précoce; les petits ouvrages; les jeux et les contes ainsi que les nouveaux modèles de la maternité. Retenons en conclusion que : « Non seulement la socialisation des filles devient-elle partagée au cours de la seconde moitié du XIXe siècle avec d’autres agents que la famille (l’école, l’usine, la presse, qui diffuse des idées mais aussi des images et des modes venues d’ailleurs), mais les contenus des rôles féminins dans la famille sont eux-mêmes modifiés par le développement de l’économie de marché. » (pp. 259-260)