La femme et la santé de la famille au Québec 1890-1914

La femme et la santé de la famille au Québec 1890-1914

La femme et la santé de la famille au Québec 1890-1914

La femme et la santé de la famille au Québec 1890-1914s

| Ajouter

Référence bibliographique [9668]

Dion, Carole. 1984. «La femme et la santé de la famille au Québec 1890-1914». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département d’histoire.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objectif de ce mémoire est de bien saisir le rôle attribué aux femmes en hygiène publique et privée au trournant du siècle. » (p. x)

Questions/Hypothèses :
« [...] nous posons les hypothèses suivantes: les médecins, en se présentant comme les principaux agents de la santé vont définir pour les femmes la façon d’être mère. [...] Ainsi, en redéfinissant le rôle maternel et le rôle de la femme, les médecins canadiens-français peuvent alors circonscrire la place que doivent occuper les femmes dans la société. [...] » (p. x)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [...] la littérature médicale pertinente : revues médicales, brochures, manuels d’hygiène de même que les rapports du Conseil d’Hygiène de la province de Québec et les rapports annuels du Bureau de Santé de la ville de Montréal. » (p. 7)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« En première partie, nous avons cru nécessaire de présenter un aperçu du mouvement hygiéniste à la fin du 19e siècle. Le second chapitre porte sur le discours des hygiénistes à l’égard des femmes. On voit ensuite quelles sont les responsabilités des femmes dans la croisade sanitaire au début du siècle, et finalement, comment les femmes elles-mêmes définissent leur rôle vis-à-vis la santé de la famille. [...] Analyser le discours des médecins canadiens-français représentait pour nous une approche fort intéressante pour comprendre le rôle de la femmes en santé publique et privée. On a donc passé en revue la littérature médicale pertinente: revues médicales, brochures, manuels d’hygiène de même que les rapports du Conseil d’Hygiène de la province de Québec et les rapports annuels du Bureau de la Santé de la ville de Montréal. Les conclusions auxquelles nous sommes arrivées confirment les hypothèses formulées au début de notre recherche. Les activités dans le domaine de la santé sont définies, d’après une Conception de la féminité et de la masculinité où les rôles déterminants sont exercés par des hommes. Les femmes sont réduites aux rôles de mère, d’éducatrice et de protectrice de la santé et doivent suivre les règles prescrites par les médecins. Enfin, le rôle reproducteur qui sert de postulat de base à la pensée médicale au sujet de la femme n’est pas suffisant pour rejeter sur elles de manière presque exclusive, cette importante responsabilité qu’est la santé. » (pp. x-xi)