Types de sociétés et prises en charge: la professionnalisation de l’élevage des enfants

Types de sociétés et prises en charge: la professionnalisation de l’élevage des enfants

Types de sociétés et prises en charge: la professionnalisation de l’élevage des enfants

Types de sociétés et prises en charge: la professionnalisation de l’élevage des enfantss

| Ajouter

Référence bibliographique [9564]

Laurendeau, France. 1985. «Types de sociétés et prises en charge: la professionnalisation de l’élevage des enfants». Dans Traité d’anthropologie médicale. L’institution de la santé et de la maladie , sous la dir. de Jacques Dufresne, Dumont, Fernand et Martin, Yves, p. 333-347. Québec, Lyon: Presses de l’Université du Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, Presses Universitaires de Lyon.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Étude de l’évolution récente du mode d’élevage des enfants au Québec et de l’ingérence de l’État, par l’intermédiaire de la médecine, dans ce domaine. « Le texte suivant expose les principaux axes de réflexion d’une thèse de doctorat en cours de préparation. » (p. 333)

Questions/Hypothèses :
« Pour faire ressortir comment les déterminismes sociaux conditionnent le comportement des mères, nous avons élaboré deux hypothèses dont l’une sera illustrée d’exemples recueillis auprès de femmes de la région de Saint-Jean. Cette hypothèse suggère que l’époque influe sur le mode d’élevage, les plus âgées parmi nos contemporaines ayant moins subi que les plus jeunes l’influence des professionnels de la puériculture. » (p. 338)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Neuf femmes de 20 à 75 ans de la région de Saint-Jean, rencontrées par le biais du DSC de l’hôpital du Haut-Richelieu, et qui composent le pré-test d’une recherche plus approfondie.

Instruments :
Guide d’entretien

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« À travers l’évolution récente du mode d’élevage des enfants et par conséquent du rapport mère-enfant, nous verrons comment la judiciarisation de l’État, par l’intermédiaire de la médecine, s’est étendue à des problèmes qui n’étaient pas de son ressort autrefois et comment la dépendance des femmes (et généralement des ’clients’ ou ’patients’) face à l’expertise professionnelle s’est accrue. Guidée jadis par la tradition, la coutume et le ’gros bon sens’ pour élever leurs enfants, les femmes se soumettent aujourd’hui à des règles précises fondées sur les découvertes de la médecine et de la psychologie. C’est le passage d’une société traditionnelle, où les liens communautaires sont très étroits, à une société industrielle, où les rapports marchands prédominent, qui semble expliquer cette transformation du mode de prise en charge des enfants. Après avoir retracé sommairement les racines historiques des pratiques contemporaines d’élevage, nous tenterons d’élaborer une typologie des modes d’élevage qui ont dominé au Québec depuis trois générations. Illustrée d’exemples extraits de neuf histoires de vie de femmes de 20 à 75 ans, cette typologie sert d’hypothèse à une recherche de plus grande envergure. » (pp. 333-334)