Conjoncture démographique et rythmes familiaux: Quelques illustrations québécoises

Conjoncture démographique et rythmes familiaux: Quelques illustrations québécoises

Conjoncture démographique et rythmes familiaux: Quelques illustrations québécoises

Conjoncture démographique et rythmes familiaux: Quelques illustrations québécoisess

| Ajouter

Référence bibliographique [9482]

Festy, Patrick. 1986. «Conjoncture démographique et rythmes familiaux: Quelques illustrations québécoises ». Population, vol. 1, p. 37-58.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Étude des causes et des conséquences des transformations accélérées de certains comportements familiaux et des variations du rythme de formation des familles au Québec : « La mise en question déborde bien sûr largement le cadre québécois, mais l’ampleur de certaines fluctuations annuelles donne au cas de la province une importance exemplaire dont nous essaierons de tirer parti pour mieux comprendre la nature et le rôle de ces effets de calendrier. » (p. 38)

Questions/Hypothèses :
- Quelle est la nature des variations de calendrier, aux divers stades du cycle familial, caractérisant la démographie québécoise?
- Quel rôle est joué par ces variations de calendrier des évenements étudiés au fil des cohortes dans l’évolution brutale de certains indices démographiques annuels?
- À quels facteurs sont attribuables ces modifications de calendrier?

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Sources statistiques du Bureau de la statistique du Québec portant sur la situation démographique au Québec

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Le rythme auquel surviennent les événements, dans une génération donnée, ou mieux dans une ’cohorte’ d’individus, définit le ’calendrier’ du phénomène. On peut ainsi étudier le calendrier de la fécondité, celui de la nuptialité, celui du remariage, etc. Des changements de rythme, sans modifier le résultat final que ce soit le mariage, ou la dimension de la famille, en changent le déroulement, ils ont une répercussion sur les observations annuelles, qui peuvent alors être interprétées à tort. Supposons par exemple que tous les couples diffèrent soudain d’une année leur mariage. Pendant une année, aucun mariage n’aurait lieu, puis ils reprendraient au rythme habituel l’année suivante, et, en fin de compte les individus se marieraient en même proportion. Le danger serait d’interpréter cette disparition des mariages pendant un an comme une disparition du mariage lui-même. L’analyse du comportement des générations ou des cohortes est donc un outil puissant qui permet de voir au-delà des oscillations conjoncturelles: l’étude que Patrick Festy nous livre ici sur le Québec montre de tels effets de calendrier a un niveau exemplaire. Il fournit un catalogue des prudences à observer dans l’interprétation de la conjoncture démographique. » (p. 37)