Effets d’un programme de soins infirmiers postnatals sur la participation du père aux tâches familiales

Effets d’un programme de soins infirmiers postnatals sur la participation du père aux tâches familiales

Effets d’un programme de soins infirmiers postnatals sur la participation du père aux tâches familiales

Effets d’un programme de soins infirmiers postnatals sur la participation du père aux tâches familialess

| Ajouter

Référence bibliographique [9474]

Haince, Raymonde. 1986. «Effets d’un programme de soins infirmiers postnatals sur la participation du père aux tâches familiales». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Faculté des sciences infirmières.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Le but de cette étude était de vérifier si un programme de soins centré sur la famille, offert durant les jours d’hospitalisation de la mère et de son nouveau-né, et incluant systématiquement le père aux soins du nouveau-né et aux séances d’information concernant le bébé contribuerait à augmenter la participation des pères aux tâches familiales dans les deux mois qui suivent la naissance et la satisfaction maritale dans le couple. » (p. viii)

Questions/Hypothèses :
« Un programme de santé centré sur la famille, offert au père et à la mère durant la période d’hospitalisation post-natale, augmentera-t-il la participation du père aux soins de son nouveau-né et aux tâches domestiques dans les deux mois qui suivent la naissance? » (p. 12)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
60 couples (groupe expérimental = 30; groupe de contrôle = 30)

Instruments :
Questionnaire d’enquête

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats ont révélé une tendance non significative en faveur des pères du groupe expérimental, vers une plus grande participation aux tâches domestiques aussi bien qu’aux soins du nouveau-né. Cependant les pères des deux groupes signalent des intentions plus grandes de s’impliquer dans les soins de leur enfant le jour après la naissance qu’ils ne le font deux mois après. Tous les conjoints accusent une légère baisse de satisfaction maritale deux mois après la naissance par rapport à la satisfaction décrite au moment de l’accouchement. Les pères du groupe expérimental et les mères du groupe de contrôle qui ont participé plus que leur conjoint aux tâches ménagères et aux soins du bébé (tâches familiales) présentent une baisse de satisfaction maritale encore plus grande deux mois après le retour à la maison. » (p. ix)