L’influence de la relation mère-enfant sur le développement de la créativité de l’enfant

L’influence de la relation mère-enfant sur le développement de la créativité de l’enfant

L’influence de la relation mère-enfant sur le développement de la créativité de l’enfant

L’influence de la relation mère-enfant sur le développement de la créativité de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [9449]

Michel, Muriel. 1986. «L’influence de la relation mère-enfant sur le développement de la créativité de l’enfant». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] évaluer l’influence que la relation mère-enfant peut avoir sur le développement de la créativité de celui-ci » (p. vi)

Questions/Hypothèses :
« [...] vérifier si les mères des enfants plus créateurs les encouragent davantage à se différencier d’elles et se sentent plus détachées affectivement de leur enfant que les mères des enfants moins créateurs » (p. vi)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
133 enfants de 8 ans (échantillon A); 15 enfants les plus créateurs (échantillon B); 15 enfants les moins créateurs (échantillon C)

Instruments :
- Tests de Pensée Créative de Torrance (TTCT)
- Test de Relations Familiales

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les hypothèses sont partiellement vérifiées. Contrairement à la première hypothèse, les mères des enfants plus créateurs ne les encouragent pas à se différencier plus que les mères des enfants moins créateurs. Cependant plus l’enfant est encouragé à se différencier plus son niveau d’élaboration au TTCT s’élève. On remarque également que les mères des enfants plus créateurs ont davantage confiance en elles-mêmes et sont plus capables de s’épanouir comme mères et sur le plan professionnel. Elles incitent ainsi peut-être davantage leur enfant à se réaliser lui aussi. D’autre part, comme le prévoyait la deuxième hypothèse, les mères des enfants moins créateurs sont moins détachées affectivement de leur enfant. Elles dénient aussi plus leur hostilité vis-à-vis de lui. Leur enfant est peut-être moins créateur parce qu’il se sent obligé de nier à son tour son agressivité et ne l’a plus à sa disposition pour créer. En dernier lieu, les enfants moins créateurs se sentent plus surprotégés par leur mère et semblent moins bien différenciés que les enfants plus créateurs. » (pp. vii-viii)