Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et de 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et de 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et de 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et de 1981s

| Ajouter

Référence bibliographique [9437]

Peron, Yves, Lapierre-Adamcyk, Evelyne et Morissette, Denis. 1986. «Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et de 1981 ». Revue européenne de démographie / European Journal of Population, no 2, p. 155-175.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Les auteurs tentent de saisir, à partir de données des recensements canadiens de 1971 et 1981, l’évolution du départ des enfants de leur famille d’origine et de la contraction des familles « en examinant la variation avec l’âge des parents, ou avec la durée de leur union, du rapport entre le nombre d’enfants membres du noyau familial et le nombre d’enfants mis au monde par la mère. » (p. 174)
- En premier lieu, les auteurs traitent du départ des enfants en relation avec le passage de l’individu de sa famille d’origine à celle qu’il fonde lui-même. En second lieu, ils analysent la contraction des familles en fonction du nombre d’enfants et de la stabilité du couple.

Questions/Hypothèses :
« On peut se demander si ces manifestations d’un rejet du contrat familial traditionnel [divorces, ’mariages sans papiers’, familles monoparentales, familles recomposées...] n’ont pas été accompagnées d’une modification sensible du calendrier de départ des enfants. » (p. 156)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« bandes de micro-données des recensements canadiens de 1971 et de 1981 » (p. 174)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les recensements ne recueillent habituellement aucune information sur le départ des enfants et la contraction des familles, cependant ils fournissent parfois d’utiles indications sur ces phénomènes et leur évolution. Cet article présente les résultats d’une exploitation inédite des recensements canadiens de 1971 et 1981. Le calendrier du départ des enfants de leur famille d’origine estimé en 1971 et en 1981 est à peu près le même; l’âge médian au départ est identique: 20,5 ans chez les femmes et 22,3 ans chez les hommes. Les familles rompues, plus nombreuses que par le passé, se contractent nettement plus tôt que les familles non rompues; parmi ces dernières, la contraction est plus précoce en 1981 qu’elle ne l’était en 1971 chez les familles moyennes ou nombreuses et plus tardive chez les petites familles de un ou deux enfants. La démarche proposée pallie, pour le Canada, l’absence d’enquêtes de façon jugée satisfaisante; il serait intéressant d’explorer les possibilités de l’adapter aux statistiques d’autres sociétés occidentales. » (p. 155)