Stérilité et infertilité : deux concepts, deux réalités

Stérilité et infertilité : deux concepts, deux réalités

Stérilité et infertilité : deux concepts, deux réalités

Stérilité et infertilité : deux concepts, deux réalitéss

| Ajouter

Référence bibliographique [9426]

Rochon, Madeleine. 1986. Stérilité et infertilité : deux concepts, deux réalités. Québec: Gouvernement du Québec, Ministère de la Santé et des Services sociaux.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Tenter d’amener à une plus grande prudence dans l’appréciation de l’importance des problèmes de fertilité

Questions/Hypothèses :
« Pour rectifier des affirmations telles que 10 à 25% des couples sont stériles, il faut bien distinguer deux concepts: celui de la stérilité (sous-entendu stérilité définitive et naturelle) et celui de l’infertilité, concept introduit par le champ médical dans un sens différent de celui de stérilité puisqu’il signifie l’absence de conception un an après l’arrêt de la contraception. » (p. 1)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Divers documents dont l’Enquête sur la fécondité au Canada de 1984

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Le concept médical d’infertilité (traduction courante au Québec du concept ’infertility’) est en train de supplanter celui de stérilité. Il en résulte une grande confusion au niveau des réalités et des chiffres que ces deux concepts recouvrent. Autant les enquêtes récentes que les modèles sur la fécondabilité sont mis à contribution pour faire le portrait des connaissances chiffrées que nous avons sur ces deux réalités: incapacité de concevoir d’une part et incapacité de concevoir à l’intérieur d’un certain délai (1 an) d’autre part. La première réalité est beaucoup plus rare que la seconde. Quant à l’évolution de ces phénomènes, plusieurs questions ne recoivent que des réponses partielles telles l’impact des traitements de l’infertilité et l’incidence des MTS notamment des infections à chlamydia. Cependant, la hausse de la propension des femmes à avoir leur premier enfant après 30 ans, souvent décrite comme facteur de l’augmentation de la stérilité, s’avère au Québec minime et très limitée dans le temps (début des années soixante-dix). » (page non numérotée)