Femmes et mouvements du travail. Pour un élargissement de l’analyse démographique de l’activité salariée et de l’activité maternelle des femmes

Femmes et mouvements du travail. Pour un élargissement de l’analyse démographique de l’activité salariée et de l’activité maternelle des femmes

Femmes et mouvements du travail. Pour un élargissement de l’analyse démographique de l’activité salariée et de l’activité maternelle des femmes

Femmes et mouvements du travail. Pour un élargissement de l’analyse démographique de l’activité salariée et de l’activité maternelle des femmess

| Ajouter

Référence bibliographique [9326]

Kempeneers, Marianne. 1987. «Femmes et mouvements du travail. Pour un élargissement de l’analyse démographique de l’activité salariée et de l’activité maternelle des femmes». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « [...] poser les questions reliées au travail des femmes. [...] La démarche vise à un éclatement des perspectives de recherche en démographie, plutôt qu’à une construction fermée. » (p. 8)
- Tenir compte des deux pôles du travail des femmes (emploi salarié/famille)

Questions/Hypothèses :
« [...] nous considérons que la dynamique de ces mouvements d’aller-retour, que les femmes effectuent constamment entre l’emploi et la famille, est un révélateur privilégié des processus du système social. » (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Enquête sur la fécondité au Canada menée en 1984 auprès d’un échantillon représentatif de Canadiennes nées entre le 1er janvier 1934 et le 31 décembre 1965 (5315 femmes, âgées de 18 à 49 ans en 1984)

Instruments :
Calendrier des événements relatifs à l’emploi, calendrier des naissances

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette thèse a pour objet d’étude spécifique les interruptions d’emploi de longue durée, caractéristiques des trajectoires féminines (cessations effectives d’emploi d’au moins douze mois). Interrogées sur le sujet en 1984, plus de 60% des Canadiennes âgées de 30 à 50 ans déclaraient avoir connu une ou plusieurs interruptions de longue durée depuis leur entrée dans la vie active. Parmi les dimensions abordées dans cette thèse notons : approches théoriques et méthodologiques concernant les femmes dans la démographie, en particulier concernant le débat fécondité/activité (pp. 12-23), les femmes dans la population active (pp. 24-37) ainsi que des éléments de réflexion pour une approche globale du travail des femmes (pp. 38-90). Le sujet central de la thèse porte sur une analyse rétrospective des interruptions d’emploi des femmes. Dans ce cadre, l’auteure s’intéresse à plusieurs aspects de l’articulation entre le travail et la famille : la structure de la population féminine en 1984 (pp. 160-196), les profils de continuité/discontinuité selon les diverses caractéristiques (197-220), les mouvements de l’emploi féminin jusqu’à 30 ans (pp. 221-253), l’impact relatif de la présence des enfants sur la discontinuité en emploi (pp. 254-283). La thèse se termine sur les perspectives qu’ouvre à la démographie l’analyse du travail des femmes comme phénomène total.