Vieillesse d’aujourd’hui et de demain. Un même âge, une autre réalité?

Vieillesse d’aujourd’hui et de demain. Un même âge, une autre réalité?

Vieillesse d’aujourd’hui et de demain. Un même âge, une autre réalité?

Vieillesse d’aujourd’hui et de demain. Un même âge, une autre réalité?s

| Ajouter

Référence bibliographique [9311]

Marcil-Gratton, Nicole et Légaré, Jacques. 1987. «Vieillesse d’aujourd’hui et de demain. Un même âge, une autre réalité? ». Futuribles, no 109, p. 3-21.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« [...] nous proposons que soit étudié ce en quoi la vieillesse risque d’être différente à l’avenir. » (p. 6)

Questions/Hypothèses :
« Quelles sont les caractéristiques déjà acquises par les adultes qui contribueront à faire de leur vieillesse un âge plus autonome ou au contraire à accentuer l’état de dépendance auquel on l’associe souvent spontanément? » (p. 6)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Statistiques de la population active : Statistiques trimestrielles de la population active, 1975 -1985

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Le vieillissement démographique, appréhendé essentiellement au travers de l’augmentation du nombre des personnes de 60 ans et plus et de l’allongement de leur existence au-delà de la période d’activité, constitue une tendance lourde quasiment irréversible au cours des prochaines décennies dans les pays industrialisés. Cette tendance donne lieu à des analyses et à des points de vue heureusement divers. [...] L’article [...] que nous publions ici va encore plus loin. Les auteurs, refusant toute extrapolation, arguent du fait que les ’vieux’ de demain seront tout différents de ceux d’aujourd’hui car leur vécu d’avant la retraite les aura doté de caractéristiques tout autres de celles de leurs aînés : la plus grande égalité entre les sexes (et en particulier le travail des femmes, l’évolution des comportements matrimoniaux) permettront -pour ne citer que quelques-uns des arguments de ce texte- aux futures personnes âgées de jouir d’une plus grande autonomie et d’une meilleure insertion sociale que les retraités d’aujourd’hui. Sans déflorer la thèse de nos auteurs, disons qu’ils recensent ici les raisons de considérer la vieillesse de demain tout différemment de celle d’aujourd’hui, ce qui tranche radicalement avec les prévisions alarmistes généralement avancées. » (pp. 3-4)