Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France

Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France

Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France

Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-Frances

| Ajouter

Référence bibliographique [9309]

Mathieu, Jacques, Therrien-Fortier, Pauline et Lessard, Rénald. 1987. «Mobilité et sédentarité : stratégies familiales en Nouvelle-France ». Recherches Sociographiques, vol. XXVIII, no 2-3, p. 211-228.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Tracer un bilan provisoire des acquis récents relatifs à la mobilité en Nouvelle-France en proposant un changement d’échelle et en s’intéressant « moins aux transferts de population qu’au déplacement des personnes. » (p. 212) « L’observation à l’échelle individuelle éclaire des modes du fonctionnement social et identifie des processus de cohésion et de reproduction. Elle vise finalement à donner des bases plus larges à l’analyse du comportement et des transferts culturels. » (p. 212)

Questions/Hypothèses :
On connaît mal les gens qui ont choisi de quitter la France pour s’installer en Nouvelle-France, l’utilisation de l’échelle individuelle du phénomène migratoire permettra de mieux saisir les comportements et les transferts culturels. (p. 212)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- 327 immigrants partis de La Rochelle entre 1627 et 1700 vers le Canada (p. 214)
- Archives de la province de Québec
- Archives de La Rochelle

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


« Les travaux récents sur la mobilité géographique en Nouvelle-France orientent l’attention du chercheur vers l’échelle individuelle du phénomène migratoire. Les facteurs de provenance locale ou régionale restent secondaires par rapport aux situations familiales et aux liens de parenté dans le processus initial de peuplement à partir de la France. L’essaimage de proche en proche dans la vallée du Saint-Laurent répond aussi, en partie, à des stratégies familiales visant à l’établissement des enfants en surnombre. Le modèle se reproduit au XVIIIe siècle dans l’établissement des Canadiens au pays des Illinois. À côté du mythe de l’aventure s’impose une autre facette du monde rural en Nouvelle-France: la mobilité de la sédentarité. » (p. 211)