Les associations en milieu urbain

Les associations en milieu urbain

Les associations en milieu urbain

Les associations en milieu urbains

| Ajouter

Référence bibliographique [9305]

Montpetit, Jacqueline. 1987. «Les associations en milieu urbain». Dans Les nouveaux visages de la pauvreté , sous la dir. de Madeleine Gauthier, p. 153-171. Québec: Institut québécois de recherche sur la culture.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
-Vise à dégager les éléments d’une nouvelle problématique de la pauvreté en milieu urbain, présents dans l’émergence ou la réorientation d’organismes et d’associations.
-Tenter de tracer, par l’identification des populations rejointes, la configuration des nouvelles solidarités qui se sont créées depuis dix ans, dans la région de Montréal.

2. Méthode


Échantillon / Matériau :
10 documents et des données conservées par Centraide.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


Ce chapitre vise à dégager les éléments d’une nouvelle problématique de la pauvreté en milieu urbain, présents dans l’émergence ou la réorientation d’organismes et d’associations. Les solidarités présentes au sein des organismes et associations peuvent revêtir diverses formes. La solidarité d’intérêt basée sur des besoins communs poussera les plus démunis à trouver dans les groupes l’aide nécessaire pour se protéger, se loger, se vêtir et manger. L’ensemble des personnes rejointes par les organismes qui font les demandes à Centraide sont réparties en 8 catégories. Tout d’abord, on retrouve les familles, qui représentent une très forte proportion des nouvelles demandes au cours des dix dernières années. Ces familles ont de faibles revenus et sont souvent monoparentales. De façon générale, les besoins les plus fortement exprimés par les familles sont d’ordre économique et relationnel. Par la suite, les femmes et les jeunes font beaucoup de demandes à Centraide. Les demandes des immigrants en 1985 ne constituent qu’une faible proportion des nouvelles demandes. Les personnes âgées font relativement moins de demandes. De leur côté, les handicapés forment une population dont les demandes d’aide sont sensiblement toujours les mêmes: transport, apprentissage et soutien des familles. Enfin, Centraide reçoit quelques demandes de toxicomanes et d’une autre catégorie (ex-détenus, accidentés de travail, itinérants, etc). Pour terminer, quelques grands traits du visage de la pauvreté dans Montréal et sa région sont dégagés.