Féminité et fermes familiales dans le comté des Deux-Montagnes au Québec de 1900 à 1950

Féminité et fermes familiales dans le comté des Deux-Montagnes au Québec de 1900 à 1950

Féminité et fermes familiales dans le comté des Deux-Montagnes au Québec de 1900 à 1950

Féminité et fermes familiales dans le comté des Deux-Montagnes au Québec de 1900 à 1950s

| Ajouter

Référence bibliographique [9276]

Tassé, Louise. 1987. «Féminité et fermes familiales dans le comté des Deux-Montagnes au Québec de 1900 à 1950». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département d’anthropologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette thèse étudie l’anthropologie du rôle social des femmes à partir des représentations du travail, du mariage et de la famille dans le Québec de la deuxième phase de l’industrialisation. Il s’agit plus particulièrement du cas d’épouses d’agriculteurs d’un comté rural, le comté des Deux-Montagnes. » (p. iii)

Questions/Hypothèses :
« Mon hypothèse [...] était que le rôle social des femmes devait être étudié en tenant compte de l’historicité (du présent historicisé par les sujets sociaux) des règles sociales concernant l’institution familiale de façon à mettre à jour les dimensions de ce rôle - plus particulièrement celles relatives au travail des femmes à l’intérieur de la famille- qui n’étaient pas symbolisées dans les règles sociales, c’est-à-dire celles qui ne faisaient pas partie du système de symboles de l’ordre économique prévalent. » (pp. 3-4)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« Notre documentation ethno-historique émane de deux sources: de sources primaires et de sources secondaires. Il s’agit, d’une part des données du recensement du Canada, de rapports d’enquête gouvernementaux et des archives de paroisses concernant le comté des Deux-Montagnes. D’autre part, nous avons utilisé des études d’historiens et d’historiennes, celles d’anthropologues, d’économistes, de géographes, de juristes, de littéraires, de politicologues et de sociologues. » (p. 149) « Le choix des informatrices a été fait par le truchement des curés des paroisses du comté. » (p. 150) Les 20 informatrices retenues étaient des épouses d’agriculteurs nées dans le comté entre 1900 et 1930 et y ayant fondé une famille.

Instruments :
Guide d’entrevues semi-dirigées

Type de traitement des données :
Analyse théorique et analyse de contenu

3. Résumé


« Cette thèse a une double dimension méthodologique: celle d’un essai théorique et d’une monographie du comté. La thèse comprend trois parties. Premièrement, l’élaboration des éléments d’une anthropologie des rôles sociaux; deuxièmement, l’interprétation des discours de porte-paroles de l’État éthique pendant cette conjoncture historique et finalement, l’analyse des résultats d’une recherche ethnographique (entrevues et documents). L’élaboration de l’anthropologie des rôles sociaux a été faite en fonction de l’investigation de cinq corpus théoriques: le matérialisme historique, la psychanalyse, le structuralisme, le fonctionnalisme et le féminisme. [...] De l’analyse structurale des données se dégage un modèle des rôles sociaux s’articulant en une idéologie du rôle social des femmes qui s’avère être le produit d’un processus inconscient de symbolisation de la féminité qui s’inscrit consciemment dans les règles sociales. Dans les sociétés occidentales, ce paradigme se construit à partir de la formulation de la règle canonique sur le rôle social des femmes. [...] En somme, l’étude de cas auprès de vingt femmes, mères-épouses-ménagères, nées entre 1900 et 1930 dans le comté de Deux-Montagnes, nous a permis de vérifier à la fois le déploiement de l’efficacité symbolique du rôle social des femmes et de la division sexuelle du travail, et les effets heuristiques de l’écoute des manifestations de l’inconscient dans la vie individuelle et ses répercussions dans la vie collective. Nous avons ainsi décrit le réel de l’intégration par ces femmes des différentes dimensions de la règle sociale et, par conséquent, mis à jour les conditions psychologiques, sociales et économiques de la formation des représentations et des idéologies au sujet des rôles sociaux. » (pp. iii-iv)