Le droit de parole de l’enfant dans la séparation parentale

Le droit de parole de l’enfant dans la séparation parentale

Le droit de parole de l’enfant dans la séparation parentale

Le droit de parole de l’enfant dans la séparation parentales

| Ajouter

Référence bibliographique [9261]

Barry, Suzanne. 1988. «Le droit de parole de l’enfant dans la séparation parentale». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, École de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Situer la place accordée à l’enfant dans la séparation parentale en fonction du statut du répondant dans la famille (mère, père, enfant), de l’expérience de la séparation, de l’âge et du sexe de l’enfant.
- Voir dans quelle mesure les enfants sont « trop jeunes pour comprendre » les enjeux décisionnels reliés à la séparation.
- Comparer les enfants et les parents quant à leur niveau de compréhension des changements familiaux reliés à la séparation.

2. Méthode


Échantillon / Matériau :
- 133 enfants et 145 adultes de la municipalité de Charny. Parmi les enfants, 66 ont vécu la séparation et 67 ne l’ont pas vécue. L’échantillon comprend 68 filles et 63 garçons.
- L’échantillon est divisé en deux groupes : un groupe plus jeune (moyenne d’âge de 8,7 ans) et un groupe plus âgé (moyenne d’âge de 11,7ans).
- L’échantillon adulte comporte 89 mères et 56 pères. Les mères se répartissent en nombre sensiblement égal en fonction de l’expérience (42 ayant vécu la séparation et 47 ne l’ayant pas vécue), tandis que les pères ayant vécu la séparation ne constituent que 11 répondants par rapport à 45 ne l’ayant pas vécue.

Instruments :
- Cahier contenant une feuille de renseignements généraux permettant de recueillir des données sur le répondant et sa famille.
- Questionnaire-maison intitulé « l’histoire de la famille Beausoleil » mesurant les perceptions réciproques et s’adressant aux enfants et à leurs parents.

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Cette recherche porte sur la place accordée à l’enfant dans sa famille en séparation. Les données recueillies auprès de fils, de filles, de mères et de pères ayant vécu ou non la séparation indiquent que les adultes et les enfants ont des perceptions différentes quant aux réorganisations envisagées suite à la séparation parentale. Les familles ayant déjà vécu la séparation accordent moins de responsabilité à l’enfant que celles qui ne l’ont pas vécue et les mères accordent moins de place à l’enfant que les pères dans les décisions entourant la séparation. Par ailleurs, les enfants témoignent d’une compréhension de la problématique comparable à celle des pères répondants.