Taxonomie de Steinaker et Bell et observation de l’intérêt du garçon pour les histoires lues par un parent

Taxonomie de Steinaker et Bell et observation de l’intérêt du garçon pour les histoires lues par un parent

Taxonomie de Steinaker et Bell et observation de l’intérêt du garçon pour les histoires lues par un parent

Taxonomie de Steinaker et Bell et observation de l’intérêt du garçon pour les histoires lues par un parents

| Ajouter

Référence bibliographique [9258]

Beauregard, Jean. 1988. «Taxonomie de Steinaker et Bell et observation de l’intérêt du garçon pour les histoires lues par un parent». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Faculté des sciences de l’éducation.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« La présente recherche a été menée avec l’intention de vérifier s’il est possible de classifier dans cette taxonomie (Steinaker et Bell), les réactions des enfants qui se font lire des histoires dans leur milieu familial. » (p. 3)

Questions/Hypothèses :
« L’hypothèse de recherche était la suivante : la taxonomie de Steinaker et Bell peut être utilisée pour classifier les réactions verbales de 15 garçons de 5 ou 6 ans, inscrits à la maternelle, lorsqu’un de leurs parents leur lit une de leurs histoires favorites, seul avec eux, à l’heure du coucher et dans une situation que ce parent juge habituelle. » (sommaire)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
359 unités de réaction extraites de l’enregistrement de 4 séances de lecture de 15 garçons âgés entre 5 et 6 ans inscrits à la maternelle.

Instruments :
Taxonomie de Steinaker et Bell

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Nous avons vérifié l’utilisation de la taxonomie de Steinaker et Bell dans le but de poursuivre des recherches dans le domaine de l’intérêt pour les histoires lues par un parent à son garçon en milieu familial. L’hypothèse de recherche était la suivante: la taxonomie de Steinaker et Bell peut être utilisée pour classifier les réactions verbales de 15 garçons de 5 ou 6 ans, inscrits à la maternelle, lorsqu’un de leurs parents leur lit une de leurs histoires favorites, seul avec eux, à l’heure du coucher et dans une situation que ce parent juge habituelle. Les parents de 15 garçons ont enregistré chacun quatre séances de lecture d’histoires à leur fils au moyen d’un magnétophone. Nous avons défini l’unité de réaction pour délimiter des situations bien précises: c’est une expression verbale du garçon, ou un échange verbal entre le parent et son fils pendant l’histoire qui porte sur un seul sujet et qui a un rapport direct avec l’histoire ou pas de rapport avec celle-ci. Nous avons extrait 359 unités de réaction dans 15 cassettes et procédé à leur classification dans la taxonomie de Steinaker et Bell. Les 359 unités de réaction furent écoutées à tour de rôle par trois juges. Ils conclurent que 356 de ces unités étaient classifiables dans la taxonomie et les classèrent dans une des sous-catégories. Il s’avéra que deux juges sur trois étaient d’accord avec notre classification à 273 reprises. De ces 273 unités de réaction, 244 appartiennent cependant à la sous-catégorie ’participation-représentation’. Le choix d’un contexte bien défini, à savoir un garçon qui se fait lire une histoire favorite par un parent à l’heure du coucher, a fait en sorte que la majorité des unités de réaction ont été classées dans la même sous-catégorie. Nous avons également classé 50 unités de réaction dans la sous-catégorie ’participation-modification’. Ce choix n’a été approuvé par 2 juges sur 3 qu’à 21 reprises. » (sommaire)