Le rapport au savoir scientifique d’élèves autochtones : vers une compréhension de l’expérience scolaire en sciences

Le rapport au savoir scientifique d’élèves autochtones : vers une compréhension de l’expérience scolaire en sciences

Le rapport au savoir scientifique d’élèves autochtones : vers une compréhension de l’expérience scolaire en sciences

Le rapport au savoir scientifique d’élèves autochtones : vers une compréhension de l’expérience scolaire en sciencess

| Ajouter

Référence bibliographique [92]

Schrager, Miriam. 2011. «Le rapport au savoir scientifique d’élèves autochtones : vers une compréhension de l’expérience scolaire en sciences». Thèse de doctorat, Montréal, Université du Québec à Montréal, Faculté des sciences de l’éducation.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cette thèse «[…] vise à contribuer à une compréhension accrue du rapport que les élèves autochtones entretiennent avec le savoir scientifique scolaire.» (p. xiii)

Questions/Hypothèses :
La question de recherche posée par l’auteure est la suivante : «Quel est le rapport au savoir scientifique scolaire d’élèves autochtones fréquentant une école secondaire du Québec?» (p. 27)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Pour cette recherche, l’auteure a évalué des élèves «[…] de la communauté algonquine de Kitcisakik […]. Ces élèves proviennent d’une petite communauté de la partie nord de la Réserve faunique La Vérendrye, dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue au Québec. Étant donné que plusieurs élèves ciblés par notre étude fréquentent la même école, c’est la totalité des élèves de Kitcisakik de la première et la deuxième année de cette école qui a été retenue.»

Instruments :
- Questionnaire (bilan des savoir scientifiques)
- Guide d’entretien semi-directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Selon l’auteure, «[…] les résultats témoignent d’un rapport ‘professionnel’ au savoir scientifique où l’élève se situe dans une logique institutionnelle de cheminement qui fait disparaître le travail cognitif derrière la réalisation des tâches scolaires. Dans cette optique, les savoirs appris au cours des sciences ne sont pas considérés comme des outils permettant une compréhension du monde qui les entoure et avec lequel ils interagissent. De plus, l’image stéréotypée de l’homme des sciences, qui d’ailleurs n’est pas exclusive aux élèves autochtones, s’avère pour les jeunes peu attractive et moins encore facilitatrice de changements de leurs conditions sociales et matérielles de vie. Dans ce cadre, leur absence dans les domaines académiques scientifiques pourrait être comprise comme une méconnaissance de la portée du domaine scientifique et de la pratique professionnelle reliée à ce champ d’activité ce qui opérerait comme obstacle à la construction de processus identificatoires.» (p. xiv) À noter que la famille est un thème récurrent dans cette thèse. Il est notamment question du déracinement familial vécu par des enfants des pensionnats et de l’aide familiale apportée aux enfants dans la réalisation de leurs devoirs.