Crise économique et mutations dans les genres de vie des familles québécoises

Crise économique et mutations dans les genres de vie des familles québécoises

Crise économique et mutations dans les genres de vie des familles québécoises

Crise économique et mutations dans les genres de vie des familles québécoisess

| Ajouter

Référence bibliographique [9193]

Langlois, Simon. 1988. «Crise économique et mutations dans les genres de vie des familles québécoises». Dans Les comportements socio-économiques des familles salariées au Québec , sous la dir. de Simon Langlois, p. 45-65. Rapports, publications et communications. Québec: Conseil québécois de la recherche sociale.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Cerner les changements dans les façons de vivre des familles et des ménages depuis 20 ans et caractériser les changements qui ont affecté les représentations sociales.

2. Méthode


Echantillon
Données documentaires diverses de Statistique Canada

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Ce document vise à cerner les changements dans les façons de vivre des familles et des ménages et à caractériser les changements qui ont affecté les représentations sociales depuis 20 ans. L’avènement de la société de production-consommation a provoqué de profondes mutations dans les comportements et les représentations sociales des acteurs, produisant ainsi un important décalage entre ces dernières et les ressources réelles des ménages. Les visions du monde, les attitudes et les valeurs marquent l’appartenance symbolique de tous à ce monde dans lequel les rapports marchands ont connu une si forte expansion. Tous les ménages participent à la consommation inégalement, à des degrés divers, y compris les plus démunis. La crise économique vient accentuer ce décalage déjà existant en période de prospérité. Elle remet également en cause la progression des revenus et du pouvoir d’achat, et de nouvelles formes d’inégalités apparaissent dans la société. Il se dessine une crise culturelle profonde dans la société qui se propose à elle-même des finalités et des objectifs qui risquent d’être de moins en moins accordés aux conditions réelles des acteurs.