Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et 1981

Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et 1981s

| Ajouter

Référence bibliographique [9160]

Péron, Yves, Lapierre-Adamcyk, Évelyne et Morissette, Denis. 1988. «Départ des enfants et contraction des familles d’après les recensements canadiens de 1971 et 1981». Dans Recherche exploratoire sur le calendrier démographique des familles québécoises , sous la dir. de Évelyne Lapierre-Adamcyk, p. 10-30. Projet de recherche RS-619, Rapports publications et communications, Document de la Collection Tirés à part de l’Université de Montréal, no 219, issu du European Journal of Population/Revue Européenne de Démographie, no 2 (1986), pp.155-175. Québec: Conseil québécois de la recherche sociale.

Fiche synthèse

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
Données de Recensement Canada

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les recensements ne recueillent habituellement aucune information sur le départ des enfants et la contraction des familles, cependant, ils fournissent parfois d’utiles indications sur ces phénomènes et leur évolution. Cet article présente les résultats d’une exploitation inédite des recensements canadiens de 1971 et 1981. Le calendrier du départ des enfants de leur famille d’origine estimé en 1971 et en 1981 est à peu près le même; l’âge médian au départ est identique: 20,5 ans chez les femmes et 22,3 ans chez les hommes. Les familles rompues, plus nombreuses que par le passé, se contractent nettement plus tôt que les familles non rompues; parmi ces dernières, la contraction est plus précoce en 1981 qu’elle ne l’était en 1971 chez les familles moyennes ou nombreuses et plus tardive chez les petites familles de 1 ou 2 enfants. La démarche proposée pallie, pour le Canada, l’absence d’enquête jugée satisfaisante; il serait intéressant d’explorer les possibilités de l’adapter aux statistiques d’autres sociétés occidentales.