Dimensions socio-économiques et microsociales des mauvais traitements envers les enfants : le cas de Montréal

Dimensions socio-économiques et microsociales des mauvais traitements envers les enfants : le cas de Montréal

Dimensions socio-économiques et microsociales des mauvais traitements envers les enfants : le cas de Montréal

Dimensions socio-économiques et microsociales des mauvais traitements envers les enfants : le cas de Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [9103]

Chamberland, Claire, Bouchatd, Camil et Beaudry, Jean. 1989. «Dimensions socio-économiques et microsociales des mauvais traitements envers les enfants : le cas de Montréal». Dans Prédire et prévenir les mauvais traitements envers les enfants , sous la dir. de Camil Bouchard, Chamberland, Claire et Beaudry, Jean, p. 7-41. Montréal: Gouvernement du Québec, Conseil québécois de recherche sociale.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Établir le plus rigoureusement possible le taux d’incidence des mauvais traitements envers les enfants sur le territoire de l’île de Montréal durant l’année 1982.
- Confirmer la pertinence des facteurs économiques comme prédicteurs de ces taux dans les différents voisinages de l’île.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Une enquête, par ratissage systématique de chacun des quatre secteurs prédéterminés de l’île de Montréal, fut menée. Deux paires de voisinages ont été rassemblées, chacune comportant un secteur où le taux de mauvais traitements enregistré était sur ou sous-estiné, bien que présentant chacun un profil socio-économique similaire (secteurs défavorisés). Seules les mères de famille comptant au moins un enfant entre 4 et 14 ans sont admises à l’étude. Respectivement 80, 73, 74 et 64 mères furent recrutées dans les secteurs A et B (paire 1) puis C et D (paire 2).

Instruments :
Questionnaire « mesure du soutien social »

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette analyse vise à établir le plus rigoureusement possible le taux d’incidence de mauvais traitements envers les enfants sur le territoire de l’île de Montréal durant l’année 1982. On cherche également à confirmer la pertinence des facteurs économiques comme prédicteurs de ces taux dans les différents voisinages de l’île. La contribution massive de la pauvreté à la prédiction des taux d’incidence de mauvais traitements est clairement établie; par ailleurs, le rôle joué par les systèmes d’appui personnel (le soutien social) est aussi minutieusement décrit et illustré. On apprend non seulement que le nombre de personnes par fonction d’aide distingue le soutien reçu par les familles des voisinages à risques faibles ou élevés, mais aussi que la présence d’éléments conflictuels et d’une configuration centripète de l’aide (maisonnée et famille rapprochée) ajoutent aux risques.