Socialisation de l’enfant de famille immigrante : l’importance de la communication famille-garderie

Socialisation de l’enfant de famille immigrante : l’importance de la communication famille-garderie

Socialisation de l’enfant de famille immigrante : l’importance de la communication famille-garderie

Socialisation de l’enfant de famille immigrante : l’importance de la communication famille-garderies

| Ajouter

Référence bibliographique [9061]

Jacques, Marie. 1989. «Socialisation de l’enfant de famille immigrante : l’importance de la communication famille-garderie ». Apprentissage et socialisation, vol. 12, no 4, p. 217-226.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « [...] analyser la problématique de l’adaptation de ces enfants dans les garderies du Québec » (p. 218)
- « [...] apporter quelques éléments théoriques mettant en évidence la complexité du processus de socialisation du jeune enfant de famille immigrante » (p. 218)

Questions/Hypothèses :
« [...] l’adaptation des enfants de famille immigrante à la garderie constitue, particulièrement dans le cas des garderies multi-ethniques, une des premières étapes de leur intégration à la société québécoise. » (p. 218)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Différents ouvrages dont Piaton, Rocher, Erikson, Abou, Katz, etc.

Type de traitement des données :
Analyse théorique

3. Résumé


« Au Québec, en 1986, parmi les enfants de moins de quatre ans, 0,9% étaient nés à l’étranger et 7,6% avaient une origine ethnique unique autre que française ou britannique (Recensement fédéral, 1986). Par ailleurs, l’estimation de la fréquentation des garderies par les enfants de famille immigrante ou qui appartiennent à une minorité ethnique demeure approximative. Les informations disponibles les plus récentes concernent les enfants dont les parents sont nés à l’étranger et dont le faible revenu les rend admissibles à l’aide financière. En 1983, ces enfants occupaient 14% des places au permis se retrouvant dans une proportion de 94%, dans les garderies de la région de Montréal (Cantin et Larose, 1984). Par ailleurs, la répartition dans les garderies des enfants ayant une origine ethnique autre que française ou britannique apparaît très variable. » (p. 217)