Entre maternités et maternage, condition des femmes au Québec

Entre maternités et maternage, condition des femmes au Québec

Entre maternités et maternage, condition des femmes au Québec

Entre maternités et maternage, condition des femmes au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [8997]

Roberge, Andrée. 1989. «Entre maternités et maternage, condition des femmes au Québec». Dans Encrages féministes. Un moment de réflexion dans la recherche féministe , sous la dir. de Isabelle Lasvergnas, p. 21-32. Montréal: Université du Québec à Montréal, Centre de recherche féministe, Groupe interdisciplinaire d’enseignement et de recherches féministes (GRIERF), Cahiers de recherche.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Se consacrer « à l’investigation du maternage socio-économique des femmes, une facette obscure de l’économie informelle telle que vécue dans un village en périphérie de la capitale provinciale ». (p. 22)
- « [...] rendre manifeste l’utilisation du travail des femmes pour suppléer à l’insuffisance des services de l’État et à l’inéquitable distribution de la plus-value d’un système de production auquel on nie (en grande partie) leur contribution. » (p. 22)
- Réfléchir « sur le devenir de ce maternage en regard du fléchissement de la natalité et son corollaire, la contraction des groupes de parenté, lier social dominant pour l’exercice de l’échange informel en zone semi-rurale ». (p. 22)

Questions/Hypothèses :
« Doit-on envisager un délaissement féminin des activités d’échanges parallèle au désistement observé face à l’enfantement, vu la participation croissante des femmes à la production de marché? Ou peut-on entrevoir une réorientation du système avec un investissement différentiel en ce qui touche les rapports sociaux que sous-tendent cette entraide? L’autrui que maternent les femmes se féminiserait-il? » (p. 22)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
40 unités domestiques dirigées par des couples (25) et par des femmes seules (15), ou seules responsables de la maisonnée. Ces unités devaient faire l’exercice de noter les échanges quotidiens « à raison d’une semaine pour chacune des quatres saisons. » (p. 32)
* Voir fiche : Roberge, Andrée , « L’économie informelle : échange de biens et de services entre unités domestiques au Québec semi-rural». Thèse de doctorat.

Instruments :
Formulaire des échanges quotidiens

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’auteure s’intéresse aux échanges informels entre unités domestiques au Québec semi-rural. Dans cet article, elle s’intéresse spécifiquement au rôle que les femmes tiennent dans cette économie informelle. Les dons et prêts de biens de consommation, les services domestiques, la construction et la réparation, les soins prodigués aux enfants, les services de transport et les services professionnels sont les grandes catégories d’échanges informels considérés dans cette analyse. Retenons en terminant ces constats de l’auteure : « L’échange informel profite davantage aux hommes qu’il ne leur en coûte. Néanmoins, il demeure primordial pour les femmes. Si toute l’unité domestique bénéficie de cette circulation de biens et services, les femmes en demeurent dépendantes et captives et à double titre. Celles qui continuent à opter pour une maternité -même allégée- alliée ou non au travail salarié, dépendent du service de dépannage offert par l’échange informel soit pour poursuivre conjointement des activités qui empiètent les unes sur les autres, soit pour consolider leur statut matrimonial en améliorant le niveau de vie de l’unité familiale. Avec ou sans conjoint, de fait ou légal, les fillettes, mères de demain, ne pourront plus compter sur la composante féminine de la parenté comme support matériel efficace en raison de son effondrement numérique et probablement de son engagement définitif dans l’économie de marché. » (pp. 30-31)