La qualité relationnelle dans la famille recomposée : perspectives du parent et de l’enfant

La qualité relationnelle dans la famille recomposée : perspectives du parent et de l’enfant

La qualité relationnelle dans la famille recomposée : perspectives du parent et de l’enfant

La qualité relationnelle dans la famille recomposée : perspectives du parent et de l’enfants

| Ajouter

Référence bibliographique [8894]

Granger, Madeleine, Desroches-Boudreau, Linda, Laroche, Roger et Cloutier, Richard. 1990. «La qualité relationnelle dans la famille recomposée : perspectives du parent et de l’enfant ». Service Social, vol. 39, no 3, p. 50-63.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Découvrir quels sont les facteurs qui sont associés à la perception de la réussite de l’ajustement relationnel dans la famille recomposée en mettant à contribution la perception réciproque de parents biologiques et de leur enfant.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- 45 dyades enfant/parent biologique
- 18 enfants fréquentent l’école primaire et 27 sont au secondaire.
- Le revenu familial moyen se situe à environ $35 000.

Instruments :
2 échelles standardisées traduites par Cloutier et Groleau :
- Échelle de fonctionnement familial (« Family Adaptability and Cohesion »)
- Échelle de satisfaction familiale (tirée de « Family Inventories »)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette recherche porte sur les facteurs associés à la qualité relationnelle de la famille recomposée. Elle met en relation l’âge de l’enfant, le genre de son parent biologique, le degré de contact avec le parent non-gardien et la situation socio-économique familiale avec deux indicateurs de qualité relationnelle: la perception de la qualité du fonctionnement familial et la satisfaction à l’égard de ce fonctionnement. Les résultats démontrent que a)les enfants de 9 à 11 ans perçoivent une meilleure qualité relationnelle dans leur famille recomposée que les adolescents de 14 à 16 ans; et b) dans leur nouvelle famille, les enfants vivant avec leur mère biologique sont plus satisfaits des relations familiales que ceux qui vivent avec leur père biologique.