Structural Strategic Family Therapy: A Description of Family Characteristics and Evaluation of Treatment Outcome

Structural Strategic Family Therapy: A Description of Family Characteristics and Evaluation of Treatment Outcome

Structural Strategic Family Therapy: A Description of Family Characteristics and Evaluation of Treatment Outcome

Structural Strategic Family Therapy: A Description of Family Characteristics and Evaluation of Treatment Outcomes

| Ajouter

Référence bibliographique [8815]

Reichertz, Diane. 1990. Structural Strategic Family Therapy: A Description of Family Characteristics and Evaluation of Treatment Outcome. Final Report. Montréal: Université McGill.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- Décrire les modèles d’organisation familiale trouvés dans l’échantillon;
- Évaluer l’efficacité de la thérapie familiale structurelle/stratégique avec cet échantillon;
- Étudier la relation entre le résultat thérapeutique et les changements dans l’organisation familiale.

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
46 familles recrutées par des centres de services sociaux de Ville-Maire; 31 ont été assignées au groupe expérimental et 15 au groupe contrôle.

Instruments :
- « Family Background Questionnaire »
- « Family Environment Scale »
- « Child Welfare Q-Sort »
- « FACES II »
- « Behavior Chechlist »
- « Wilwyck Structured Interaction Tasks »

Type de traitement des données :
Analyse descriptive, analyse de contenu, analyse statistique

3. Résumé


Cette étude avait pour but de décrire les modèles d’organisation familiale trouvés dans l’échantillon, d’évaluer l’efficacité de la thérapie familiale structurelle/stratégique avec cet échantillon et d’étudier la relation entre le résultat thérapeutique et les changements dans l’organisation familiale. Les caractéristiques de la population sont la monoparentalité et un faible niveau d’éducation, d’emploi et de revenu. Une grande proportion se retrouve à l’extrémité « séparation » du continuum fusion-séparation (Olson). La majorité des familles ont une orientation « vers le conflit » et semblent désengagées. Il ne semble pas y avoir de différences significatives entre le groupe expérimental (qui a reçu la thérapie) et le groupe témoin (qui ne l’a pas reçue). Ce résultat est expliqué par le fait que le simple fait d’être pris en charge par un projet et de rencontrer des professionnels peut avoir été aussi bénéfique que la thérapie en elle-même, comme le confirment d’ailleurs plusieurs autres recherches.