Destins de femmes, destins de mères: images et réalités historiques de la maternité au Québec

Destins de femmes, destins de mères: images et réalités historiques de la maternité au Québec

Destins de femmes, destins de mères: images et réalités historiques de la maternité au Québec

Destins de femmes, destins de mères: images et réalités historiques de la maternité au Québecs

| Ajouter

Référence bibliographique [8708]

Gauvreau, Danielle. 1991. «Destins de femmes, destins de mères: images et réalités historiques de la maternité au Québec ». Recherches Sociographiques, vol. XXXII, no 3, p. 321-346.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Établir les grandes lignes d’un cadre d’analyse plus proche de la réalité vécue par les femmes en ce qui a trait à leur expérience de la maternité. (p. 322)
Observer ces expériences « [...] en rapport avec les conditions historiques dans lesquelles s’est exprimé le potentiel reproducteur des femmes, et leurs répercussions sur la vie de celles-ci. » (p. 322)

Questions/Hypothèses :
« [...] notre mémoire collective ne rend compte que partiellement du destin démographique des Québécoises : toutes les femmes ne furent pas des épouses ni des mères, encore moins des mères de famille nombreuse; des femmes ont dû vivre la maternité en dehors des liens sacrés du mariage, dans une société qui n’admettait pas un tel écart; la maternité comportait aussi des risques et des revers, ultimement le décès de la femme; enfin, le cadre des rapports mère-enfant n’était pas toujours celui de la famille conjugale. » (p. 322)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Diverses recherches réalisées notamment par des historiennes dont Collectif Clio, M. Dumont, M. Lavigne
Registre de la population du Saguenay-Lac-St-Jean

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« La synthèse des travaux récents sur l’expérience de la maternité par les Québécoises sert de base à une réévaluation de l’image traditionnelle de la mère de famille trônant à la tête d’une maisonnée nombreuse. Ce stéréotype ne rend compte que bien partiellement du destin démographique de nos aïeules puisque : 1) toutes les femmes ne furent pas mères de famille nombreuse; 2) des femmes ont dû vivre la maternité en dehors des liens sacrés du mariage, dans une société qui n’admettait pas un tel écart à la norme; 3) la maternité comportait aussi des risques et des revers, ultimement le décès de la mère; 4) le cadre des rapports mère-enfant n’était pas toujours celui de la famille conjugale. L’auteure met en évidence les liens entre la variabilité de l’expérience de la maternité et certains facteurs biologiques et sociaux, dans un contexte historique en mutation. » (p. 321)