L’influence du bénévole adulte sur la séparation-individuation de l’adolescent de famille monoparentale

L’influence du bénévole adulte sur la séparation-individuation de l’adolescent de famille monoparentale

L’influence du bénévole adulte sur la séparation-individuation de l’adolescent de famille monoparentale

L’influence du bénévole adulte sur la séparation-individuation de l’adolescent de famille monoparentales

| Ajouter

Référence bibliographique [8627]

Saintonge, Serge. 1991. «L’influence du bénévole adulte sur la séparation-individuation de l’adolescent de famille monoparentale». Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, Département de psychologie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Cette thèse étudie le développement de jeunes adolescents de familles monoparentales matricentriques, ayant peu de contacts avec leur père depuis l’enfance. » (sommaire)

Questions/Hypothèses :
« [...] vérifier si la présence d’un modèle masculin substitut, en l’occurrence un Grand Frère, permet au garçon de famille monoparentale de procéder plus normalement à la séparation-individuation propre à l’adolescence, et par là de mieux en affermir son identité. » (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Trois groupes de 29 adolescents âgés de 12 -17 ans (un groupe de jeunes (Petits Frères) jumelés avec un Grand Frère, un groupe d’adolescents de familles monoparentales et un groupe d’adolescents de familles intactes)

Instruments :
Test de dix dimensions de la séparation-individuation de l’adolescence (Levine, Green et Millon, 1986) et un test qui évalue les statuts d’identité du moi (Bennion et Adams, 1986) (p. iii)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les analyses multivariées n’autorisent pas à certifier clairement que l’un des groupes serait supérieur à l’autre au niveau du processus de séparation-individuation. Les analyses multivariées ne permettent pas de déceler des différences entre les groupes sur les statuts d’identité du moi. Ce test nécessiterait une adaptation radicale. Les corrélations multiples des sous-échelles rendent cependant possible de dégager trois profils différents des groupes. Le groupe des Petits Frères présente un profil plus prometteur que celui des autres groupes d’adolescents. Ils obtiennent un plus faible niveau de sentiment de rejet parental. Leur niveau de centration sur soi ressemble à celui des jeunes de familles intactes et pourrait témoigner d’une meilleure estime de soi que chez les autres jeunes de familles monoparentales. » (pp. iii-iv)