Sexe des enfants et rupture d’union

Sexe des enfants et rupture d’union

Sexe des enfants et rupture d’union

Sexe des enfants et rupture d’unions

| Ajouter

Référence bibliographique [8477]

Marleau, Jacques D. 1992. «Sexe des enfants et rupture d’union». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de démographie.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« L’objet de ce mémoire se situe dans la problématique générale de la préférence des parents pour le sexe de leurs enfants; il portera spécifiquement sur les ruptures d’union et ses liens avec le sexe des enfants. » (p. 2)

Questions/Hypothèses :
« Est-ce que certaines compositions familiales (un garçon et une fille, deux filles, etc) assureraient une plus grande stabilité à l’intérieur du couple et empêcheraient le divorce? Est-ce que certaines compositions familiales sont associées à différentes caractéristiques des couples divorcés? » (p. 3)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« La première source est l’enquête sur la famille (1984) [...]. La deuxième source nous permettra d’examiner les caractéristiques d’une population constituée uniquement de couples divorcés. Ces données ont été recueillies au Palais de Justice de l’Ile de Montréal au cours de l’été 1990. » (p. 3)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Ce mémoire explorera l’effet du sexe des enfants sur la stabilité conjugale de deux populations de couples distinctes. Dans un premier temps nous mesurerons l’influence du sexe des enfants sur la propension à la rupture d’union chez les couples au Canada et au Québec par l’entremise des données de l’enquête sur la famille (1984). De plus, une autre population nous permettra d’examiner les liens entre le sexe des enfants et les caractéristiques de quelque 2100 couples divorcés (la durée du mariage, le sexe de la partie demanderesse, le sexe du parent gardien et les motifs du divorce). Ces dernières données proviennent du Palais de Justice de l’Ile de Montréal. » (p. ii) En Conclusion, « le sexe des enfants semble ne pas jouer un rôle important lorsqu’on observe les motifs du divorce. Les indices comparés entre les différentes compositions familiales présentent de petits écarts entre eux. » (p. iii)