On n’est pas des parkings! Situation actuelle des haltes-garderies de la région de Montréal

On n’est pas des parkings! Situation actuelle des haltes-garderies de la région de Montréal

On n’est pas des parkings! Situation actuelle des haltes-garderies de la région de Montréal

On n’est pas des parkings! Situation actuelle des haltes-garderies de la région de Montréals

| Ajouter

Référence bibliographique [8419]

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- « Afin de bien comprendre la spécificité des haltes-garderies, nous ferons le tour des différents services de garde offerts au Québec et verrons quelles sont leurs spécificités. » (p. 5)
- Définir la halte-garderie
- Examiner ce que prévoit l’avant-projet de réglementation de l’Office des services de garde à l’enfance (OSGE) (p. 5)

Questions/Hypothèses :
Les haltes-garderies et les jardins d’enfants ne sont toujours par réglementés et donnent à penser que ces lieux « Laissés à eux-mêmes, autour desquels flotte une aura de clandestinité assez peu susceptible de suggérer une autre idée que celle de parkings pour enfants. » (p. 5)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
20 responsables de haltes-garderies
(1 homme/19 femmes)

Instruments :
Guide d’entretien semi directif

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


À partir d’un questionnaire administré à vingt responsables de haltes-garderies, l’auteur aborde certaines particularités de ce type de service : la gestion et le financement (pp. 29-30), le personnel et le fonctionnement (pp. 30-32), la clientèle, les heures d’ouvertures, les tarifs (pp. 33-36). « Nous croyons avoir démontré, à travers les divers exemples et portraits, la nécessité des services de garde en halte-garderie. [...] Nous n’avons guère de recommandations à ajouter à celles qui sont déjà venues de plusieurs groupes d’étude très qualifiés dont nous n’avons voulu être qu’un écho. On ne peut plus qu’espérer, à l’heure du bénévolat obligatoire, que ceux et celles qui ont les vrais jobs relèvent leurs manches et se mettent au travail. » (p. 39)