Demystifying the Alcoholic Family: A Comparison of Alcoholic and Nonalcoholic Men

Demystifying the Alcoholic Family: A Comparison of Alcoholic and Nonalcoholic Men

Demystifying the Alcoholic Family: A Comparison of Alcoholic and Nonalcoholic Men

Demystifying the Alcoholic Family: A Comparison of Alcoholic and Nonalcoholic Mens

| Ajouter

Référence bibliographique [8386]

Dobkin, Patricia L. et Tremblay, Richard E. 1993. «Demystifying the Alcoholic Family: A Comparison of Alcoholic and Nonalcoholic Men». Dans Les garçons de pères alcooliques : caractéristiques familiales, difficultés d’adaptation, et modèles d’intervention , sous la dir. de Richard E. Tremblay, Dobkin, Patricia L., Carbonneau, René, Dépelteau, Louise, Beauchesne, Hélène, Pihl, Robert O., Vitaro, Frank et Brunelle, André, p. 35-60. Rapport au Conseil québécois de la recherche sociale. Montréal: Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences, Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Étendre ce qui a été trouvé auparavant en incluant plusieurs membres de la famille dans l’étude et en introduisant un échantillon non-clinique.

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
54 familles dont le père est alcoolique; 34 familles dont le père n’est pas alcoolique. Toutes ces familles parlent le français et demeurent Montréal. À l’intérieur de toutes ces familles, il y a la présence d’un garçon âgé de 10 à 13 ans.

Instruments :
- « Diagnostic Interview Schedule »
- « Diagnostic Interview Schedule for Children »
- « Locke-Wallace Marital Adjustment Test »
- « Life Experience Survey »
- « Social Support Questionnaire »
- « Family Environment Interview for Children »
- « Home Environment Interview for Children »
- « Personal Experience Screen Questionnaire »
- « Adolescent Perceived Events Scale »

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Un échantillon de 54 familles où il y a présence d’alcoolisme a été comparé à 34 familles où il n’y a pas d’alcoolisme, en termes de caractéristiques individuelles, conjugales et familiales. Les résultats indiquent que l’échantillon non-clinique de familles « alcooliques » ne diffère pas radicalement de celui des familles dites « non-alccoliques », à l’exception de la satisfaction conjugale des femmes (qui est faible dans le premier groupe), de l’anxiété (qui est plus élevée chez les femmes d’alcooliques) et de la consommation d’autres drogues chez les alcooliques. Les données ont également été analysées au niveau des familles abstinentes. Les différences majeures entre les deux groupes étaient moins marquées que celles trouvées dans la littérature. Les raisons de ces écarts sont débattues à la fin du chapitre.