Donner la vie et en mourir : la mortalité des femmes en couches au Québec avant 1960

Donner la vie et en mourir : la mortalité des femmes en couches au Québec avant 1960

Donner la vie et en mourir : la mortalité des femmes en couches au Québec avant 1960

Donner la vie et en mourir : la mortalité des femmes en couches au Québec avant 1960s

| Ajouter

Référence bibliographique [8370]

Gauvreau, Danielle. 1993. «Donner la vie et en mourir : la mortalité des femmes en couches au Québec avant 1960». Dans Population, reproduction, sociétés. Perspectives et enjeux de démographie sociale , sous la dir. de Dennis D. Cordell, Gauvreau, Danielle, Gervais, Raymond R. et Le Bourdais, Céline, p. 235-256. Montréal: Les Presses de l’Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Évaluer « l’ampleur de la mortalité maternelle au Québec avant 1960, en retraçant son évolution à travers le temps et en en recherchant les facteurs déterminants. Il s’agit ainsi de mesurer le risque auquel les femmes étaient soumises à chaque accouchement et d’analyser les circonstances qui l’entouraient. » (p. 235)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses
Résultats d’une étude du risque de mourir en couches au Saguenay et au Québec avant 1960

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Il n’est pas possible d’aborder la question de la mortalité des femmes en couches sans faire une large place à l’histoire des femmes et à celle de la médecine, toutes deux étroitement liées au phénomène. Dans le cas des femmes, il s’agit tout autant de leur histoire collective que de leur histoire individuelle : histoire collective lorsqu’il est question du pouvoir des hommes et de la médecine sur le corps des femmes, construit sur la base de la médicalisation de l’accouchement; histoire individuelle lorsqu’il s’agit de mettre en lumière des aspects essentiels de la vie des femmes, directement reliés à leur responsabilité en matière de reproduction. À travers cette étude, c’est tout un pan des conditions de vie des femmes en matière de grossesse et d’accouchement qui devient ainsi visible. Une visibilité partielle, cependant, puisque le fait de mourir en donnant naissance à un enfant ne constituait alors qu’un aspect des problèmes vécus par les femmes à cet égard. [...] Ce texte se divise en deux parties. La première constitue un bref bilan de l’évolution des connaissances et des pratiques médicales en matière de grossesse et d’accouchement dans le contexte spécifique du Québec. La seconde partie contient les résultats d’une étude du risque de mourir en couches au Saguenay et au Québec avant 1960; mesure du risque proprement dit, analyse à l’échelle régionale des facteurs susceptibles d’induire une certaine différentiation. Liée à l’évolution des conditions entourant l’accouchement, cette analyse permettra de formuler un certain nombre d’hypothèses concernant l’évolution du phénomène de la mortalité maternelle. » (pp. 235-236)