Logiques hospitalières et pratiques familiales de soins (Québec)

Logiques hospitalières et pratiques familiales de soins (Québec)

Logiques hospitalières et pratiques familiales de soins (Québec)

Logiques hospitalières et pratiques familiales de soins (Québec)s

| Ajouter

Référence bibliographique [8348]

Lesemann, Frédéric et Nahmiash, Daphné. 1993. «Logiques hospitalières et pratiques familiales de soins (Québec)». Dans Les personnes âgées. Dépendance, soins et solidarités familiales. Comparaisons internationales , sous la dir. de Frédéric Lesemann et Nahmiash, Daphné, p. 155-170. Paris: La documentation Française.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Dresser un bilan succinct des publications et des recherches qui ont été consacrées à la question des services de maintien à domicile.''(158)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses sur le maintien à domicile

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Après avoir présenté les caractéristiques du système canadien de prise en charge des personnes âgées, les auteurs nous présentent la recherche consacrée aux services de maintien à domicile. L’enjeu majeur pour les services de maintien à domicile « est soit d’être rattaché aux hôpitaux ou d’être organisé à partir des ressources et des besoins du domicile. En procédant à une revue sélective de la littérature canadienne consacrée au maintien à domicile on peut y repérer trois grandes orientations en fonction des objectifs visés, des enracinements philosophiques et des disciplines de référence des diverses études. Les réflexions gouvernementales sur les services de maintien à domicile s’inscrivent dans le cadre de la promotion d’une nouvelle philosophie de la santé. En effet, il n’est plus vrai aujourd’hui qu’un meilleur état de santé de la population puisse être atteint grâce à une augmentation des investissements hospitaliers et une multiplication du nombre de médecins. La reconnaissance du rôle de la prévention mais aussi la prise en compte de la dimension sociale de la santé sont désormais considérées comme déterminantes » (p. 158) « La seconde catégorie d’études, conduites cette fois par des économistes de la santé s’intéresse aux services de maintien à domicile en tant qu’ils constituent un substitut aux services intitutionnels, en particuliers hospitaliers. La question qui les mobilise est de savoir dans quelle mesure les services à domicile peuvent soulager la charge des hôpitaux. » (p. 159) « Une troisième catégorie d’études met l’accent sur les services dispensés à domicile à partir des ressources communautaires et des réseaux informels de soutien, ces services s’inscrivant souvent dans une tradition de travail communautaire et de bénévolat. » (p. 160) Les auteurs examinent ensuite les pratiques familiales de soutien et les réseaux informels. « La logique institutionnelle a des répercussions directes sur les orientations de la recherche relative aux pratiques familiales de soutien, au rôle des réseaux informels et des ressources communautaires. La grande majorité des recherches étudient en effet ces pratiques à partir de la rationalité du système de services, qu’il s’agisse d’évaluer dans quelles conditions ces pratiques peuvent relayer ou complémenter les services existants, voire y suppléer, ou encore d’évaluer la pertinence de créer de nouveaux services pour répondre à de nouveaux besoins. » (p. 162)