Les plans de traitements adaptés aux garçons en difficulté et à leurs parents alcooliques

Les plans de traitements adaptés aux garçons en difficulté et à leurs parents alcooliques

Les plans de traitements adaptés aux garçons en difficulté et à leurs parents alcooliques

Les plans de traitements adaptés aux garçons en difficulté et à leurs parents alcooliquess

| Ajouter

Référence bibliographique [8292]

Tremblay, Richard E., Carbonneau, René et Beauchesne, Hélène. 1993. «Les plans de traitements adaptés aux garçons en difficulté et à leurs parents alcooliques». Dans Les garçons de pères alcooliques : caractéristiques familiales, difficultés d’adaptation, et modèles d’intervention , sous la dir. de Richard E. Tremblay, Dobkin, Patricia L., Carbonneau, René, Dépelteau, Louise, Beauchesne, Hélène, Pihl, Robert O., Vitaro, Frank et Brunelle, André, p. 162-184. Rapport au Conseil de la recherche sociale et au Programme subvention à la recherche. Montréal: Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences, Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant.

Fiche synthèse

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
4 garçons ayant des problèmes de comportement et un parent alcoolique. Trois de ces garçons ont fait partie d’un groupe de 80 sujets qui ont été observés à la maison, à l’école et au laboratoire de l’Université dans une autre étude des auteurs. Le dernier garçon a été choisi parmi des enfants du centre d’accueil La Clairière.

Instruments :
- Entrevue téléphonique
- Entrevue auprès des parents à l’aide du « Diagnostic Interview Scedule »
- Entrevue auprès de chaque garçon à l’aide du « Diagnostic Interview Schedule for Children » (DICS)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Les études de cas décrites dans cet article ont permis d’observer l’ampleur des problèmes rencontrés dans les familles où les garçons présentent des problèmes de comportement et les pères des problèmes d’alcoolisme. Ces cas n’ont pas été choisis au hasard, mais trois d’entre eux provenaient d’un échantillon de garçons non placés en centre d’accueil. Selon les données présentées au chapitre III, il y a tout lieu de croire que ces cas représentent au minimum entre 3 % et 10 % de la population des garçons de milieux socio-économiques faibles.