Valeur prédictive du dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse : étude préliminaire

Valeur prédictive du dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse : étude préliminaire

Valeur prédictive du dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse : étude préliminaire

Valeur prédictive du dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse : étude préliminaires

| Ajouter

Référence bibliographique [8251]

Caglar, Huguette. 1994. «Valeur prédictive du dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse : étude préliminaire ». PRISME, vol. 4, no 1, p. 128-144.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Évaluer, à partir de deux études de cas, la valeur diagnostique mais surtout prédictive d’une épreuve projective ’Le dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse’, en tant que révélatrice de la qualité des futures interactions mère-nourrisson. »

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
- La première étape :
30 participants (15 jeunes femmes primipares avec leur conjoint, lors du troisième trimestre de leur grossesse) lors d’un cours de préparation à l’accouchement.
- La seconde étape :
Deux dyades mère-enfant, dont les mères sont âgées de 26 et 28 ans.

Instruments :
Dessin, récit et questionnaire

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« L’objectif principal de cette étude pilote était d’évaluer, à partir de deux études de cas, la valeur diagnostique mais surtout prédictive d’une épreuve projective ’Le dessin de l’enfant imaginaire de la grossesse’, en tant que révélatrice de la qualité des futures interactions mère-nourrisson. L’épreuve a été appliquée (accompagnée d’un questionnaire) à 15 jeunes femmes primipares, durant le troisième trimestre de leur grossesse, ainsi qu’à leur conjoint. [...] Les interactions de ces deux mères avec leur enfant ont été observées au 6e mois postnatal lors d’une séquence-jeu. Les résultats mettent en évidence une corrélation entre le vécu psychologique de la grossesse saisi à travers l’épreuve projective et la qualité des interactions mère-nourrisson directement observables au second semestre post-natal. L’auteure conclut à l’intérêt que pourrait présenter cette épreuve projective dans le cas d’un dépistage des mères ou familles à risque de développer des problèmes d’attachement. »