Réponses psychosociales d’adaptation à l’interruption volontaire de grossesse d’un groupe d’adolescentes

Réponses psychosociales d’adaptation à l’interruption volontaire de grossesse d’un groupe d’adolescentes

Réponses psychosociales d’adaptation à l’interruption volontaire de grossesse d’un groupe d’adolescentes

Réponses psychosociales d’adaptation à l’interruption volontaire de grossesse d’un groupe d’adolescentess

| Ajouter

Référence bibliographique [8241]

Cloutier, Johanne. 1994. «Réponses psychosociales d’adaptation à l’interruption volontaire de grossesse d’un groupe d’adolescentes». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Faculté des sciences infirmières.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Décrire les réponses psychosociales d’adaptation d’un groupe d’adolescentes à leur premier rendez-vous suivant le recours à une interruption volontaire de grossesse » (p. 9)

Questions/Hypothèses :
« Quelles sont les réponses d’adaptation chez des adolescentes au plan de l’estime de soi à leur premier rendez-vous suivant l’interruption volontaire de grossesse? Quelles sont les réponses d’adaptation chez des adolescentes au plan de mode de fonction de rôle à leur premier rendez-vous suivant l’interruption volontaire de grossesse? Quelles sont les réponses d’adaptation chez des adolescentes au plan du mode interdépendance à leur premier rendez-vous suivant l’interruption volontaire de grossesse? Existe-t-il un lien entre certaines données socio-démographiques et les réponses d’adaptation d’adolescentes qui ont eu recours à l’IVG? » (p. 9)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
30 adolescentes, âgées de 14 à 19 ans, recrutées lors de leur premier rendez-vous post-IVG (p. iv)

Instruments :
Questionnaire d’enquête

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Les résultats indiquent que la majorité des sujets démontrent la capacité d’assumer leurs rôles associés à leur santé, à l’expression de leur sexualité et à la contraception. Peu de changements sur les plans de l’assiduité scolaire, de l’intérêt aux loisirs et de l’expression comme membre de la famille, comme étudiant ou auprès de leurs pairs ont été notés. De même, les résultats révèlent pour l’ensemble des sujets une capacité de comportements réceptifs et contributifs sur le plan des relations d’interdépendance. Une proportion peu négligeable de l’échantillon rapporte des perceptions témoignant d’un niveau d’estime de soi modérément faible sur les plans de l’estime de soi globale, du sentiment d’être aimé, du contrôle de soi, de l’approbation morale de soi et de l’issue défensive de soi. » (pp. iv-v)