Violence conjugale dans les petites communautés isolées

Violence conjugale dans les petites communautés isolées

Violence conjugale dans les petites communautés isolées

Violence conjugale dans les petites communautés isoléess

| Ajouter

Référence bibliographique [8176]

Lamy, Brigitte. 1994. «Violence conjugale dans les petites communautés isolées». Dans Violence conjugale : recherches sur la violence faite aux femmes en milieu conjugal , sous la dir. de Maryse Rinfret-Raynor et Cantin, Solange, p. 53-71. Boucherville, Québec: Gaëtan Morin Éditeur.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Donner des précisions sur le contexte général de la violence conjugale dans les petites communautés, sur les circonstances sociales qui déterminent le passage à l’acte, de même que sur le processus de résolution de problèmes, sur les stratégies de survie employées par les femmes et sur la place des réseaux sociaux.

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
11 femmes choisies par les intervenantes de trois maisons d’hébergement. Elles sont toutes canadiennes, âgées entre 26 et 57 ans et leur revenu moyen se situe autour de 6000$.

Instruments :
Entrevues dirigées

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


L’auteure de cet article visait à combler l’ignorance quant au vécu de la violence conjugale dans la communauté de la Côte-Nord. Les thèmes de la violence subie (nature, causes, effets), des stratégies de survie et de résolution de problèmes ont été abordés lors des entrevues. Les violences psychologique, verbale et physique sont les types de violence les plus souvent rapportées par ces femmes. Les données recueillies ont mis en évidence deux types de facteurs auxquels pourraient correspondre des interventions bien précises. La première notion porte sur les facteurs prédisposant à la violence conjugale, notamment les conditions économiques, les valeurs sociales et culturelles. La seconde notion introduite par la recherche porte sur les facteurs déclencheurs qui conduisent à un épisode de crise (l’alcool par exemple). Ces entrevues renforcent le choix de deux stratégies d’intervention: la promotion d’attitudes et de conditions qui élimineraient ou réduiraient les facteurs prédisposants et, d’autre part, la prévention des gestes de violence par des interventions favorisant la prise de conscience de leur lien avec des facteurs déclencheurs et la réduction de ces facteurs.