La transition démographique et le calendrier de la vie

La transition démographique et le calendrier de la vie

La transition démographique et le calendrier de la vie

La transition démographique et le calendrier de la vies

| Ajouter

Référence bibliographique [8167]

Lavoie, Yolande. 1994. «La transition démographique et le calendrier de la vie». Dans Statistiques démographiques. Les hommes et les femmes : une comparaison de leurs conditions de vie , sous la dir. de Suzanne Asselin, Gauthier, Hervé, Lachapelle, Jean, Lavoie, Yolande, Duchesne, Louis, Jean, Sylvie, Laroche, Denis et Norbert, Yves, p. 215-224. Québec: Les publications du Québec.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
- S’intéresser au « temps disponible » dans la vie des individus.
- Aborder divers événements de la vie des individus sous l’angle de leur durée. (p. 216)
- « Pour mesurer et illustrer le changement, nous suivrons, à travers un certain nombre de générations, les effets, sur le temps de vie alloué aux hommes et aux femmes, du passage du régime démographique traditionnel au régime moderne. » (p. 216)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Tables de mortalité (1831, 1861, 1891,1921, 1951,1991)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les faits saillants : « La transition démographique s’est traduite par un doublement de la durée de vie et par une réduction de moitié du nombre des enfants nécessaires au remplacement des générations. Du régime démographique traditionnel au moderne, les années d’enfance ont crû de 50%, celles de vie adulte ont doublé et celles de vieillesse ont été multipliées par 7 pour les hommes et par 10 pour les femmes. La première moitié de la vie adulte des aïeules était monopolisée par la fonction biologique de reproduction. Celle-ci ne requiert des femmes d’aujourd’hui que deux ans environ. [...] Les nouveaux paramètres démographiques ont eu un impact plus profond sur les rôles féminins que sur les masculins. Ils ont créé les conditions qui ont permis aux femmes, en dépit des résistances sociales, d’investir les champs d’activité traditionnellement réservés aux hommes et d’accéder à l’autonomie économique; l’implication des hommes dans l’univers domestique est le corollaire obligé du travail des femmes plutôt que l’expression de leur part d’un besoin collectif de réviser les rôles masculins moins lourdement et directement touchés que ceux des femmes par les changements démographiques. » (p. 215)