Rapport État-famille sous l’angle du soutien à domicile de personnes en perte d’autonomie : un soliloque institutionnalisé?

Rapport État-famille sous l’angle du soutien à domicile de personnes en perte d’autonomie : un soliloque institutionnalisé?

Rapport État-famille sous l’angle du soutien à domicile de personnes en perte d’autonomie : un soliloque institutionnalisé?

Rapport État-famille sous l’angle du soutien à domicile de personnes en perte d’autonomie : un soliloque institutionnalisé?s

| Ajouter

Référence bibliographique [8096]

Roy, Jacques. 1994. «Rapport État-famille sous l’angle du soutien à domicile de personnes en perte d’autonomie : un soliloque institutionnalisé?». Dans Élargir les horizons : Perspectives scientifiques sur l’intégration sociale , sous la dir. de Office des personnes handicapées du Québec, p. 533-538. Sainte-Foy (Québec): MultiMondes, Office des personnes handicapées du Québec, Ibis Press.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter le rôle de l’État et de la famille par rapport au soutien à domicile des personnes en perte d’autonomie.

2. Méthode


Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« Le discours officiel de l’État évoque le partenariat avec la famille, les autres proches et les ressources communautaires comme solution d’avenir pour soutenir les personnes en perte d’autonomie dans leur milieu naturel. Les clientèles sont principalement issues du courant de désinstitutionnalisation : personnes handicapées, personnes âgées, clientèles en santé mentale, familles en difficulté, personnes en phase terminale, etc. Cette volonté de l’État doit par ailleurs s’appuyer sur des réalités familiales qui sont en évolution et qui tantôt favorisent ou défavorisent le soutien à domicile d’un membre de la famille.
La communication se propose donc d’éclairer ces traits évolutifs, sous l’angle du rapport entre l’État et les familles pour le soutien à domicile. Nous puiserons aux principaux résultats de différentes recherches menées sur le sujet au Centre de recherche sur les services communautaires de l’Université Laval. Des dimensions telles que l’engagement et le désengagement des familles, la culture anti-hébergement institutionnelle et les attentes des familles quant aux services de l’État seront notamment abordées. » (p. 533)