Familles à prêtres? Familles à soeurs? Parenté et recrutement religieux au Saguenay (1882-1947)

Familles à prêtres? Familles à soeurs? Parenté et recrutement religieux au Saguenay (1882-1947)

Familles à prêtres? Familles à soeurs? Parenté et recrutement religieux au Saguenay (1882-1947)

Familles à prêtres? Familles à soeurs? Parenté et recrutement religieux au Saguenay (1882-1947)s

| Ajouter

Référence bibliographique [8038]

Bouchard, Gérard. 1995. «Familles à prêtres? Familles à soeurs? Parenté et recrutement religieux au Saguenay (1882-1947) ». Revue d’Histoire de l’Amérique Française, vol. 48, no 4, p. 483-495.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Nous nous interrogeons sur les paramètres strictement familiaux du recrutement religieux. La première partie sera consacrée à des variables comme l’alphabétisation, la dimension et la structure de la famille, le rang de naissance, etc. Dans une deuxième partie, nous étudierons différents aspects de l’apparentement en rapport avec l’entrée en religion. » (p. 485)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
« [...] répertoire de l’ensemble des prêtres, religieux, religieuses et frères natifs de cette région ayant été ordonnés ou ayant prononcé leurs voeux entre 1882 et 1947. » (p. 485)

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


« Ce texte vise à faire ressortir l’influence de diverses variables familiales sur le recrutement du personnel religieux dans la région du Saguenay entre 1882 et 1947. Il établit d’abord que des facteurs comme la dimension et la structure de la famille, l’instabilité géographique et socioprofessionnelle, de même que le rang de naissance, étaient sans influence sur le recrutement. Par ailleurs, l’idée qu’un petit groupe de familles ait fourni un nombre proportionnellement très élevé de vocations (modèle des ’Pépinières familiales’) s’avère sans fondement. Cependant, il est vrai que l’Église avait tendance à recruter dans la parentèle (ou famille étendue). On observe aussi une certaine héritabilité (ou transmission famililale) de la propension à entrer en religion. Enfin, l’étude conclut à l’importance des facteurs culturels pour expliquer le modèle de recrutement. Il reste toutefois à vérifier l’action de toutes les variables économiques. Les données utilisées proviennent de répertoires de prêtres, de religieux et religieuses qui ont été jumelés au fichier BALSAC (pour la région du Saguenay). » (p. 483)