La Maison l’Escargot : un lieu pour grandir et rêver

La Maison l’Escargot : un lieu pour grandir et rêver

La Maison l’Escargot : un lieu pour grandir et rêver

La Maison l’Escargot : un lieu pour grandir et rêvers

| Ajouter

Référence bibliographique [802]

Doucet, Michel. 2010. «La Maison l’Escargot : un lieu pour grandir et rêver». Dans Pratiques innovantes auprès des jeunes en difficulté , sous la dir. de Denis Lafortune, Cousineau, Marie-Marthe et Tremblay, Claudia, p. 36-62. Montréal: Presses de l’Université de Montréal.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
L’objectif de l’auteur est de décrire le programme et l’apport de la Maison l’Escargot pour le développement des enfants ayant subi de la maltraitance ou de la négligence.

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Données documentaires diverses

Type de traitement des données :
Réflexion critique

3. Résumé


« La Maison l’Escargot accueille des enfants de 3 à 6 ans qui présentent des symptômes associés aux troubles réactionnels de l’attachement. Des situations de carence ou de maltraitance ont considérablement affecté la construction des bases de leur identité : moi corporel, orientation dans le temps et l’espace, gestion de l’anxiété ou capacité à entrer en relation. Des expériences adverses et traumatiques ont aussi entraîné des séquelles de développement. Vécues de façon prolongée, chronique et multiple, le plus souvent dès la petite enfance, ces expériences correspondent à la définition de traumas complexes. Il s’ensuit que des retards importants sont observés dans plusieurs sphères du développement, en particulier sur le contrôle des pulsions, la régulation des affects, les apprentissages sur le plan cognitif, le développement du langage et l’intégration neurosensorielle. Plusieurs enfants souffrent également de problèmes de santé mentale, tels qu’un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, des troubles anxieux ou un état de stress post-traumatique. » (p. 36)