L’excès de poids chez les enfants québécois

L’excès de poids chez les enfants québécois

L’excès de poids chez les enfants québécois

L’excès de poids chez les enfants québécoiss

| Ajouter

Référence bibliographique [794]

Dumitru, Valeriu. 2010. «L’excès de poids chez les enfants québécois». Mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, Département de Démographie.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« Analyser l’évolution de l’embonpoint chez les enfants québécois entre 4 et 8 ans et évaluer le rôle des différents facteurs de risque sur l’excès de poids persistant. » (p. iii)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ÉLDEQ, 1998-2010) étudie 2120 nourrissons québécois nés en 1998. Ceux-ci ont fait l’objet d’un suivi annuel à partir de l’âge de 5 mois. L’échantillon final tiré de cette étude comprend 917 enfants.

Instruments :
- les normes du centre américain ''Center for Disease Control'' (CDC)
- les normes internationales établies par Cole et coll. en 2000

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Cette étude longitudinale qui a pour objectif d’observer l’embonpoint chez les enfants québécois présente 5 principaux résultats. « i) L’excès de poids persistant chez les enfants âgés de 4 à 8 ans est un phénomène fluctuant, qui ne varie pas de façon significative selon le sexe; ii) Le fait d’allaiter les enfants ne semble pas avoir un effet protecteur en ce qui concerne l’excès de poids; iii) En ce qui concerne le poids à la naissance, les données dont on dispose ne nous permettent pas de tirer des conclusions; iv) Le fait d’avoir une santé moins qu’excellente à la naissance semble augmenter le risque d’avoir un excès de poids persistant; v) Ce qui influence surtout, c’est de toujours manger trop ou trop vite, ou le fait de vivre dans une famille avec un ou deux parents qui font de l’embonpoint; vi) Les mères qui ont fumé pendant leur grossesse présentent une probabilité plus élevée d’avoir des enfants avec un excès de poids persistant que celles qui n’ont pas fumé. » (p. iii)