Transformations familiales et partage des tâches domestiques

Transformations familiales et partage des tâches domestiques

Transformations familiales et partage des tâches domestiques

Transformations familiales et partage des tâches domestiquess

| Ajouter

Référence bibliographique [7915]

Le Bourdais, Céline et Sauriol, Annie. 1995. «Transformations familiales et partage des tâches domestiques». Dans Ré/conciliation famille-travail : les enjeux de la recherche , sous la dir. de Francine Descarries et Corbeil, Christine, p. 161-182. Coll. «Cahiers réseau de recherches féministes». Actes du colloque « Re/conciliation famille-travail » tenu à l’UQAM en mai 1994, Section Études féministes, 62e Congrès de l’ACFAS. Montréal: Université du Québec à Montréal, Institut de recherches et d’études féministes.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Présenter les premiers résultats d’une recherche sur le partage des tâches domestiques.

Questions/Hypothèses :
« [...] [V]érifier plus avant l’hypothèse d’une relation entre le type d’organisation familiale et l’implication des hommes dans la prise en charge du travail domestique. » (p. 164)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
Enquête sociale générale sur la famille et les amis, réalisée en 1990 par Statistique Canada (1991). « L’échantillon de départ comprend près de 13 500 répondants, hommes et femmes, âgés de 15 ans et plus. » (p .164)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


Les auteures présentent les premiers résultats d’une recherche sur le partage des tâches domestiques. Puisqu’elles souhaitent vérifier l’existence « [...] d’une relation entre le type d’organisation familiale et l’implication des hommes dans la prise en charge du travail domestique. » (p. 164) Elles discutent d’abord de la définition des types de familles et de la mesure du partage des tâches domestiques. (pp. 165-168) Elles exposent ensuite des résultats concernant le partage des tâches en regard du type d’union et le partage des tâches en regard du type de famille. (pp. 168-170) Leur analyse montre notamment que :
- « [...] [L]’âge de la femme joue de façon non négligeable sur le partage des tâches ménagères, et ce même après avoir tenu compte de l’effet des autres variables » (p. 173);
- « [...] [L]’effet du type d’union perdure, par ailleurs, lorsqu’on tient compte de l’âge de la femme et de sa présence ou non en emploi » (p. 173);
- « [...] [L]a variable qui exerce l’effet le plus important sur le partage des tâches est, d’abord, la présence ou non des femmes en emploi et, parmi celles qui sont en emploi, le fait de travailler à plein temps ou à temps partiel » (p. 173).