Welfare Benefits and Incomes of Canadian Families: A Dynamic Analysis of Marital-Cohabitation Dissolution

Welfare Benefits and Incomes of Canadian Families: A Dynamic Analysis of Marital-Cohabitation Dissolution

Welfare Benefits and Incomes of Canadian Families: A Dynamic Analysis of Marital-Cohabitation Dissolution

Welfare Benefits and Incomes of Canadian Families: A Dynamic Analysis of Marital-Cohabitation Dissolutions

| Ajouter

Référence bibliographique [7909]

Lefebvre, Pierre et Merrigan, Philip. 1995. Welfare Benefits and Incomes of Canadian Families: A Dynamic Analysis of Marital-Cohabitation Dissolution. Coll. «Cahiers no 9504». Montréal: Université du Québec à Montréal, Cahiers de recherche du département des sciences économiques de l’UQAM.

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
« This study aims to fill the gaps in the Canadian empirical literature by taking into account the impact of the evolution of economic variables on the duration of the conjugal history of individuals, i.e. by taking a broader angle than the one taken by the authors of the empirical studies previously mentioned. » (p. 2)

2. Méthode


Échantillon/Matériau :
2 734 mariages et 1 060 unions de fait tirés de l’Enquête sociale générale sur la famille et les amis, réalisée en 1990 (Statistique Canada) (p. 7)

Instruments :
Cox’s Hazard Model (p. 5)

Type de traitement des données :
Analyse statistique

3. Résumé


« Le développement, dans les années récentes, de différentes sources de données individuelles longitudinales a rendu possible la mise en oeuvre de modélisations économétriques des différences de trajectoires individuelles. Les données qui nous intéressent sont celles de l’Enquête sociale générale sur la famille et les amis, réalisée en 1990 par Statistique Canada. Ces données permettent de reconstruire à rebours l’histoire de vie matrimoniale et conjugale d’un large échantillon de Canadiennes et de Canadiens. Des modèles statistiques de durée décrivent les lois d’évolution des mariages et des unions conditionnellement à diverses variables explicatives, de nature socio-économiques, communes ou non à tous les individus, certaines fixes et d’autres variables dans le temps. La modélisation empirique s’attache plus particulièrement à mesurer l’effet des revenus de travail des couples et des programmes provinciaux d’Aide sociale sur les ruptures de mariage ou une première union. Les résultats montrent d’une part que des modèles de durée des mariages (unions) sont estimés plus efficacement lorsqu’ils intègrent des variables économiques et d’autre part que l’Aide sociale ne semble pas influencer les probabilités de rupture de la vie en couple mais que les revenus de travail ont un effet positif sur la stabilité conjugale. » (résumé)