Déficience intellectuelle : attitudes de parents et d’intervenants

Déficience intellectuelle : attitudes de parents et d’intervenants

Déficience intellectuelle : attitudes de parents et d’intervenants

Déficience intellectuelle : attitudes de parents et d’intervenantss

| Ajouter

Référence bibliographique [7892]

Lévesque-Lamontagne, Monique et Gaudreau, Jean. 1995. «Déficience intellectuelle : attitudes de parents et d’intervenants ». Revue francophone de la déficience intellectuelle, vol. Numéro spécial, p. 65-67.

Accéder à la publication

Fiche synthèse

1. Objectifs


Intentions :
Comparer la perception qu’ont les parent et qu’ont les intervenants des forces et faiblesses de la personne déficiente.

2. Méthode


Echantillon/Matériau :
Dix parents (mères) et dix intervenants auprès des jeunes adultes. Les personnes interrogées proviennent des Centres de réadaptation de la région de Montréal et des environs.

Instruments :
- Une grille proposée par Luckasson : « Description des forces et des faiblesses »
- Questionnaire-maison

Type de traitement des données :
Analyse de contenu

3. Résumé


Cet article vise, dans un premier temps, à comparer la perception qu’ont les parents et qu’ont les intervenants des forces et des faiblesses d’une personne atteinte d’une déficience. Dans un deuxième temps, une comparaison est faite entre les attitudes des parents et des intervenants par rapport à trois composantes de l’intervention en défience intellectuelle (le V.R.S. le .PS.I. et le partenariat). Concernant la perception des forces et des faiblesses, le parent se considère être la personne qui connaît le mieux son fils ou sa fille. Cependant quand l’éducateur peut percevoir la personne de l’intérieur, comme un parent sait le faire naturellement, le parent apprécie énormément l’éducateur. Les parents sont conscients des limites de la personne déficiente et l’éducateur constitue un miroir qui les aide à cheminer.